Contenu abonnés

Deux Rosa Bonheur pour Bordeaux

6/6/20 - Acquisitions - Bordeaux, Musée des Beaux-Arts - Une toile et un dessin équestres ont rejoint le fonds du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux consacré à Rosa Bonheur, peintre animalière native de la ville. La première, Halte du Cavalier, a été préemptée pour 8 500 euros (sans les frais) lors d’une vente organisée à Saint-Germain-en-Laye par l’étude SGL Enchères le 12 mai 2019. Le second a été acheté 1 950 euros (frais inclus) à l’occasion de la vente en ligne organisée par la maison Millon le 15 mai 2020.


1. Rosa Bonheur (1822-1899)
Halte du cavalier, 1854
Huile sur toile - 61 x 50 cm
Bordeaux, Musée des beaux-arts
Photo : SGL Enchères
Voir l´image dans sa page

La Halte du cavalier (ill. 1), datée au dos de la toile « août 1854 », est une petite scène champêtre contemporaine du monumental chef-d’œuvre de l’artiste conservé par le Metropolitan Museum de New-York, le Marché aux chevaux de Paris. Achevé en 1853, l’année de sa présentation au Salon, il fut retouché en 1855 et accompagné d’une multitude d’études et de petites compositions dessinées et peintes dont l’huile nouvellement acquise par Bordeaux fait sans nul doute partie. Sous un ciel orageux percé d’un soleil franc, un cheval alezan au repos se nourrit de haies à l’ombre de leur feuillage tandis que son cavalier lui destine une branche qu’il s’applique à couper. Au second plan, en pleine lumière et dans un nuage de poussière, sont menés à vive allure deux chevaux aux robes crème et chocolat. La scène, construite sur une opposition forte de ces deux plans, peut être lue comme le prélude ou l’épilogue du grandiose Marché, située à son aller ou à son retour. Elle prendrait alors pour décor la lisière de la capitale qui accueillait ce marché aux chevaux sur le boulevard de l’Hôpital près de l’asile de la Salpêtrière - dans l’actuel treizième arrondissement - deux fois par semaine. Nous savons que Rosa Bonheur - par ailleurs excellente cavalière et propriétaire de plusieurs chevaux -…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.