Deux préemptions par la Maison Victor Hugo et la Bibliothèque de Reims

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

8/10/19 - Acquisition - Paris, Maison Victor Hugo et Reims, Bibliothèque municipale - Où l’on découvre que les cheveux de Chopin ont plus de valeur que ceux de Liszt : une mèche du premier a été adjugée 40 000 euros, alors que celle du second n’a pas dépassé les 4 375 euros, dix fois moins. L’une et l’autre étaient soigneusement conservées par Alfred Cortot (1877-1962), célèbre pianiste et grand pédagogue, fondateur de l’École normale de musique de Paris. Il avait constitué toute une collection d’objets et d’œuvres en lien avec la musique et la littérature. Cet ensemble a été mis en vente le 7 octobre par Christie’s à Paris, à la demande de son fils Jean Cortot, peintre et membre de l’Académie des Beaux-Arts, décédé en 2018.
Les portraits des plus grands compositeurs étaient réunis, Mozart, Schumann, Wagner, Liszt - peint par Friedrich von Amerling notamment - et bien sûr Chopin - représenté par Louis Gallait et Antar Teofil Kwiatkowski -, aux côtés des portraits d’Alfred Cortot lui-même, dessiné trois fois par Matisse qui le montre en mondain, le visage douloureux ou encore assis devant son piano. Le collectionneur avait aussi réuni des lettres et des manuscrits de Balzac, Zola, Stendhal, Flaubert, Rimbaud, Baudelaire, Proust, Zweig , de Kant et de Nietzsche également.


1. Victor Hugo (1802-1885)
La Cathédrale de Reims
Plume et encre brune, lavis brun
sur papier bleu - 5,5 x 14,6 cm
Reims, Bibliothèque municipale
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Victor Hugo avait bien évidemment sa place dans cette collection, aussi bien en tant qu’écrivain qu’artiste. La Bibliothèque municipale de Reims a ainsi préempté un dessin de sa main représentant la cathédrale, adjugé 27 500 euros (frais inclus) (ill. 1). Hugo a l’art de traduire une atmosphère inquiétante et onirique, ménageant une zone de ténèbres dont semble surgir l’architecture gothique. L’œuvre est à rapprocher d’une représentation très similaire du monument que l’écrivain esquissa dans une lettre adressée à sa fille Léopoldine le 27 août 1838, conservée à la Maison Victor Hugo. « J’ai vu Reims et au lieu d’une grande description, je t’en envoie un petit portrait ». Il arrivait donc qu’il reprenne ses dessins et réalise plusieurs versions d’une même composition.

2. François-Victor Hugo (1828-1873)
d’après Jean-Isidore-Gérard Grandville (1803-1847)
Caricature
Dédicace : 5 avril 1842 « À ma petite Dédé /
Un plus laid qu’elle / Son frère Tétu
 »
Plume et encre brune, aquarelle
Album amicorum in-4 oblong
17,5 x 10,5
Paris, Maison Victor Hugo
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

La Maison Victor Hugo a quant à elle préempté au cours de cette même vente un album réunissant douze dessins, adjugé 6 875 euros (frais inclus) : la plupart sont de François-Victor Hugo, le fils de l’écrivain, plus connu pour sa traduction de Shakespeare, sa passion pour la photographie, et bien sûr pour son activité de journaliste. Une exposition consacrée à la famille Hugo [1], cependant, présentait des croquis que François-Victor avait tracés lorsqu’il était enfant et que la famille avait étonnamment gardés, certains pouvant être regardés comme des caricatures.
Quelques feuilles de cet album sont dédicacées à sa sœur Adèle, surnommée « Dédé ». Il a notamment réalisé une étude d’arbre ainsi que trois caricatures d’après Grandville ; l’une d’elles représente un héron tenant une seringue, coiffé d’un chapeau et vêtu d’une redingote (ill. 2), tiré d’une composition plus grande, lithographiée pour le Charivari en 1833 et intitulée Au musée . Deux autres feuilles sont de Louis Boulanger, ami de la famille, qui mettent chacune en scène une femme dans un paysage : la première porte une corbeille de fruits, la seconde est assise et lit. Une autre feuille qui représente une église pourrait être attribuée soit à Boulanger, soit à Victor Hugo lui-même.
Victor-François Hugo a constitué un album similaire à celui-ci, avec un mélange de dessins de sa main et de Boulanger, dédicacé cette fois-ci à sa sœur Léopoldine, « Didine », et conservé au Musée Victor Hugo de Villequier .

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.