Deux carnets de voyage d’Eugène Delacroix préemptés par le Louvre

Julie Demarle

5/04/19 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Le musée du Louvre vient d’acquérir par préemption deux carnets de croquis d’Eugène Delacroix lors de la vente Aristophil proposée par Artcurial ce 2 avril pour 61 250 € et 331 250 € (frais inclus). Ces deux albums à couvertures cartonnées, recouvertes de papier marbré brun pour le plus grand et de papier rouge pour le plus petit, ont été réalisés lors du séjour de l’artiste en Angleterre - à Londres et dans ses environs - entre mai et août 1825. Marqué par la peinture anglaise exposée pour la première fois au Salon en 1824 - celle de Thomas Lawrence et de John Constable plus encore - Delacroix se rend en Angleterre dès l’année suivante. Comme à son habitude, il emporte des carnets afin de dessiner ses impressions. Il y retrouve Thalès et Copley Fielding ainsi que Richard Parkes Bonington peintres britanniques rencontrés à Paris et devenus amis. Présence déterminante qui saura muer ses premières impressions négatives en un grand enthousiasme. Ce voyage sera également l’occasion de rencontrer les peintres Thomas Lawrence et David Wilkie.


1. Eugène Delacroix (1798-1863)
Album d’Angleterre, 1825
Dessins au crayon noir et à la plume et encre brune - 13,5 x 9 cm
Paris, musée du Louvre
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page
2. Eugène Delacroix (1798-1863)
Album d’Angleterre, 1825
Dessins au crayon noir - 12 x 19,5 cm
Paris, musée du Louvre
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Ces carnets anglais sont respectivement composés de 64 et 28 feuillets et portent tous deux sur le plat de devant le cachet de cire rouge de la vente de l’atelier de Delacroix de 1864 [1]. Ils formaient probablement le lot n° 662 intitulé « Voyage en Angleterre. 3 albums et carnets » que le catalogue de vente annoté conservé par la Bibliothèque Nationale indique divisé entre deux acquéreurs, « 2 à Mr Roux / 1 à Mr Piot ». Ils constitueraient donc la partie achetée par Monsieur Roux tandis que le troisième album serait celui déjà conservé par le Cabinet des dessins du Louvre, qu’Étienne Moreau-Nélaton avait légué en 1927 parmi plus d’un millier d’autres dessins et albums de Delacroix. Les croquis sont au crayon noir et à l’encre brune pour le petit carnet et seulement au crayon noir pour le plus grand. Certains sont légendés, localisés et datés. Les feuillets sont pour la plupart utilisés recto-verso et peu sont vierges. Ils illustrent différentes vues de Londres - Hyde Park, Green Park, le palais de Westminster, Hampstead pour le petit carnet ; la Tamise, avec la cathédrale Saint Paul ou le Palais de Westminster, et Greenwich pour le grand - mais aussi de Douvres pour le petit carnet. Tous deux présentent également de nombreuses études de chevaux, quelques études de figures et, enfin, pour le grand carnet plusieurs croquis d’après les frises du Parthénon observées au British Museum.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.