Des nouvelles du square de l’Archevêché

Didier Rykner
1. Notre-Dame et le square de l’Archevêché
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

6/5/19 - Patrimoine - Paris, square de l’Archevêché - Nous avons pu enquêter de manière plus détaillée sur la question des arbres du square de l’Archevêché.

D’une part, factuellement, les travaux d’installation des baraquements du chantier ont été décidés par Philippe Villeneuve, l’architecte en chef des monuments historiques en charge de Notre-Dame, en lien avec la DRAC. La Mairie de Paris a donné son accord (nécessaire pour un lieu qui lui appartient). En revanche, Pénélope Komites, adjointe au maire de Paris chargée des espaces verts a précisé sur Twitter que la municipalité s’était opposée à tout abattage d’arbres autour du périmètre de la cathédrale, et que l’État s’était engagé à respecter cette demande.
Qui a évoqué l’abattage des arbres ? Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie, nous a répondu : ce sont « les entreprises chargées du chantier de sécurisation [qui] ont évoqué une volonté des pilotes du chantier de procéder à l’abattage des arbres du square » ; il ajoute que la Ville avait « immédiatement fait savoir à la DRAC qu’elle s’opposait fermement à tout abattage d’arbre, pour préserver ce jardin qui offre des qualités majeures tant au plan végétal que patrimonial ». Cela confirme les informations que nous avions pu avoir par des voies moins officielles. Cela confirme également que l’option de couper des arbres du square de l’Archevêché a bien été sérieusement envisagée !

Tout cela reste très inquiétant : les arbres vont-ils pouvoir résister à une installation du camp de base du chantier pendant plusieurs années, avec toutes les contraintes que cela suppose ? Pourquoi ne prévoit-on pas de rendre, une fois la cathédrale parfaitement sécurisée, le square aux riverains et aux promeneurs, plutôt que de les en priver pour les années à venir ? Comme nous l’avons écrit, il y a d’autres emplacements possibles qui, manifestement, n’ont pas été sérieusement étudiés. La précipitation dans ce dossier augure mal de la suite… Ce que confirme les autres informations données par Emmanuel Grégoire : « Nous avons demandé à ce que toutes les ressources en termes d’espaces libres à proximité directe de Notre-Dame soient recensées et expertisées, que ce soit en matière de stationnement de surface ou de surfaces intérieures et extérieures notamment au sein des institutions riveraines. Nous souhaitons que toutes les pistes permettant de préserver le patrimoine de Notre Dame et de son environnement soient explorées. La Ville a ainsi déjà proposé de mettre à disposition si besoin des locaux riverains de la Direction de la Propreté et de l’Eau. Le parking situé sous le parvis de Notre Dame fait également partie des solutions qui sont expertisées par les services de l’État. » Si l’on peut donc être rassuré à court terme sur le devenir des arbres du square de l’Évêché, toutes ces pistes proposées par la Ville (auxquelles on pourrait ajouter le parvis lui-même et l’Hôtel-Dieu) doivent être explorées sérieusement, plutôt que se précipiter. L’absence de ce camp de base du chantier n’a d’ailleurs pas empêché les travaux d’urgence en cours. Il est vraiment nécessaire de revoir la décision ces baraquements à cet endroit.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.