Contenu abonnés

De Manet à Anquetin : deux ventes de Christie’s et Sotheby’s à Paris

20/10/21 - Marché de l’art - Paris - On ne présente plus la famille Rouart, dynastie d’artistes, de collectionneurs et de mécènes. Une exposition à Nancy en 2015 révélait les toiles de trois générations de peintres (voir l’article), tandis qu’une donation, par l’Académicien Jean-Marie Rouart, a tout récemment enrichi les collections du Petit Palais (voir la brève du 28/3/21). Quant à Julie Manet, épouse d’Ernest Rouart, elle est actuellement au centre de l’attention, assise sur son arrosoir, au milieu d’une toile laissée vierge. Le tableau est de son oncle Édouard Manet et sera mis en vente par Christie’s le 21 octobre (ill.1). Elle fut également peinte par sa mère Berthe Morisot dans d’autres œuvres proposées par la maison de vente à Paris. Elle affrontera donc demain le feu des enchères, tandis qu’une exposition lui est actuellement consacrée au Musée Marmottan, qui retrace sa vie de fille, nièce, épouse de peintres, et souligne son rôle de collectionneuse.


1. Édouard Manet (1832-1883)
Julie Manet sur l’arrosoir,
Peint à Rueil en 1882
Huile sur toile - 100 x 81,1 cm.
Christie’s vente à Paris le 21 octobre
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

L’histoire de cette famille commença avec l’industriel Henri Rouart, marié à Hélène Jacob-Desmalter, descendante de l’ébéniste. Celui-ci constitua une vaste collection d’œuvres d’art, dont une partie fut vendue à sa mort en 1912. Il était aussi peintre à ses heures perdues, ami de Degas, Corot, Millet. Parmi ses cinq enfants, Eugène épousa la fille du peintre Henry Lerolle, Ernest se forma à la peinture auprès de Degas et se maria avec Julie Manet.

Christie’s mettra en vente plusieurs œuvres passées en héritage aux petits enfants de Julie : deux toiles de Manet, créations tardives qui brossent rapidement la petite Julie à deux âges différents, et six œuvres de Berthe Morisot, parmi lesquelles un étonnant relief en étain intitulé La Toilette ou Le Bain (ill. 2). On ne connaît que deux…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.