Chambord : 4 millions pour refaire, mal, des toits en bon état

Didier Rykner 5 5 commentaires

Nul ne peut l’ignorer, l’année 2019 sera l’occasion de multiples célébrations des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci. À cette occasion notamment, le château de Chambord voit les choses en grand. Le président de l’établissement public, Jean d’Haussonville, ne déclarait-il pas récemment : « Je voudrais au passage m’assurer que d’un point de vue scientifique, on puisse démontrer que Chambord est l’œuvre de Léonard de Vinci, ce qui rendrait le domaine encore plus fascinant. [1] ». Une hypothèse jamais vérifiée devenant presque une vérité qu’il fallait absolument prouver !


1. Le château de Chambord,
état actuel des toitures
Photo : Benh Lieu Song (CC BY-SA 3.0)
Voir l´image dans sa page
2. Le château de Chambord
état projeté des toitures
rejeté à l’unanimité par la Commission
nationale des monuments historiques
mais souhaité par Emmanuel Macron
Photo : Dossier de presse
Voir l´image dans sa page

Le grand chantier que souhaite mener Jean d’Haussonville sur Chambord, et qu’il cite dans une interview récente de la Nouvelle République, est détaillé dans un dossier distribué à la presse. Il consiste, nous citons ce dossier, en « la restitution des plombs et dorures des lanternons de Chambord ». On y lit que « dès 1539 sous François Ier, la dorure à la feuille des lanternons de Chambord est attestée par plusieurs témoignages ». Mais aussi que « cet état a perduré jusqu’en 1577 ». Ce qui signifie qu’il n’existe plus depuis la seconde moitié du XVIe siècle.
Non seulement cet état a disparu depuis quatre siècles et demi, mais on ne connaît son existence que par « plusieurs témoignages » ; et le dossier de presse reproduit pour argumenter une enluminure des Très riches heures du duc de Berry représentant le Louvre, un siècle avant la construction de Chambord, ce qui témoigne du sérieux de la chose ! Bref, on ne sait à peu près rien des lanternons d’origine.

Mais comme à Versailles (pire encore qu’à Versailles car les documents sont ici quasiment inexistants), rien ne doit arrêter les reconstitutions (plus que) douteuses. Même pas la Commission nationale des monuments historiques, instance consultative qui a été saisie du dossier, et qui s’y est opposée de manière unanime (élus, fonctionnaires, personnalités qualifiées et associations), ce qui est assez rare.
Jean d’Haussonville ayant présenté son projet devant cette commission, était sorti pour la laisser débattre. Mais de débat, il n’y en eut pratiquement pas, l’énormité de la chose ayant fait bien rire tout le monde, et la décision de la refuser ayant été prise très rapidement. Des témoins (plus précis que ceux qui attestent des toits dorés) nous ont dit comment le président de l’établissement public avait immédiatement, et devant eux, annoncé contacter l’Élysée pour se plaindre de cette mauvaise manière.

On pouvait tout craindre de la proximité de Jean d’Haussonville et d’Emmanuel Macron, le premier ayant reçu le second pour son anniversaire dans « son » château (voir cet article du Monde). On avait raison.
Le vendredi 23 novembre avait lieu le Conseil d’administration de l’établissement public, pendant lequel s’est déroulé cette scène étonnante : la lecture d’une lettre envoyée par le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron expliquant qu’il avait demandé au ministre de la Culture Franck Riester de valider les travaux. Travaux, donc, qui avaient été refusés par la Commission. On en est là, mais l’autorisation peut tomber à tout moment si le ministre obéit au Président. Ni Jean d’Haussonville, ni Patrick Strzoda (le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron) n’ont souhaité répondre à nos questions, m’indiquant l’un et l’autre qu’ils ne pouvaient commenter les délibérations et les décisions du conseil d’administration. Mais ils se trompent sur notre interrogation légitime, qui porte seulement sur la décision du Président de la République de demander au ministre d’autoriser ces travaux [2].

Ceci est d’autant plus choquant qu’il ne s’agit pas seulement de dorer les lanternons mais bien de les refaire entièrement, selon un modèle imaginaire. Or, ces éléments sont encore en bon état, ayant été refaits dans la seconde moitié du XIXe siècle. L’architecte en chef des monuments historiques Michel Ranjard avait alors pris le parti d’uniformiser les lanternons selon un modèle refait par la duchesse de Berry sous Louis XVIII. Il s’agit de l’état actuel qui n’a nul besoin d’être modifié aussi radicalement, pour retrouver un état d’origine imaginaire qui a disparu depuis le XVIe siècle, et qui en réalité fera ressembler le château à une sous-préfecture construite par la Troisième République.

Ajoutons, ce qui n’est pas anodin par les temps qui courent, que ces travaux qui consisteront à refaire des toitures encore en très bon état sont extrêmement coûteux (4 millions d’euros !). On est vraiment dans le fait du prince. Il est évident qu’un domaine de la taille de Chambord a certainement d’autres priorités...

Didier Rykner

Notes

[1Déclaration faite à Chassons.com, le 8 juin 2017, cité par Alexandre Gady dans « Chambord, sans peur et sans reproche ? », L’Objet d’Art, juin 2016.

[2Nous avons également été en contact avec les services presse de l’Élysée et du ministère de la Culture mais ceux-ci, très pris par les événements actuels, et on peut le comprendre, n’avait pour l’instant pas de réponse ou de commentaire à ce sujet.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.