Contenu abonnés

Bernard Picart dessinateur de Paris à Amsterdam

Magny-les-Hameaux, Musée de Port-Royal-des-Champs, du 21 mars au 23 juin 2010

L’histoire de l’art est parfois malicieuse. Dix-sept dessins du musée de Port-Royal racontent la vie du pieux Monsieur de Pâris (ill. 1). Attribués à Bernard Picart, ils sont confrontés à une quarantaine d’autres feuilles de l’artiste, dans une exposition organisée à l’occasion de la saison du dessin à Port-Royal. Et voila que cette confrontation remet en cause leur attribution. Du moins insuffle-t-elle un doute.


1. Attribué à Bernard Picart (1673-1733)
La Vie du diacre Pâris, vers 1729 - 1731
« Monsieur de Pâris supérieur des clercs de sa paroisse
leur fait des conférence ecclésiastiques »
Sanguine, mine de plombe et rehauts de craire blanche - 193 x 255
Magny-les-Hameaux, Musée de Port-Royal-des-Champs
Photo : RMN-GP
Voir l´image dans sa page

Bernard Picart est avant tout connu pour ses gravures. Cette exposition exclusivement consacrée à ses dessins permet d’étudier un aspect méconnu de son art et de soulever de nouvelles questions en attendant l’avancée des recherches. Car les œuvres graphiques de l’artiste sont éparpillées dans des collections publiques et privées, souvent attribuées à d’autres.
Préfacé par Pierre Rosenberg, le catalogue permet de faire un premier point sur le corpus de Picart et les attributions. Il accompagne chaque dessin de notices détaillées, décrit et reproduit aussi des œuvres non exposées au sein des différents essais.

2. Bernard Picart (1673-1733)
Couple jouant au jeu d’Hombre, vers 1688-1733
Sanguine - 19 x 25,7 cm
Collection particulière
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page

À la sanguine ou à l’encre, Picart traça aussi bien des esquisses rapides que des compositions achevées proches d’un travail pictural : il y a des dessins préparatoires à des gravures et des œuvres en soi, il y a des dessins intimes comme ce touchant portrait de son fils mort à trois jours, et des œuvres décoratives, tels ces couvercles de tabatière pour lesquels les cinq sens sont mimés par des amants. On passe d’une Rose monstrueuse

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.