Contenu abonnés

Art Nouveau & Design, 1830-1958. Les arts décoratifs de 1830 à l’Expo 58

Jean-David Jumeau-Lafond

Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’histoire, 25 mai - 31 décembre 2005.

1. Entrée de l’exposition
Voir l´image dans sa page

A l’occasion du 175e anniversaire de la Belgique, de nombreuses expositions sont organisées dans tout le royaume et tout particulièrement à Bruxelles ; si les Musées royaux des Beaux-arts se consacrent à une présentation assez discutable et quelque peu limitée du « romantisme belge » (voir article), c’est à l’Art nouveau que revient la palme de l’événement le plus intéressant. Il ne nous est pas possible d’en étudier toutes les manifestations mais il faut saluer l’excellente organisation globale de cette thématique avec un vaste programme intégrant les musées et expositions temporaires (dont l’exposition sur les Façades Art nouveau au Musée de La Loge), l’architecture et les lieux vivants (500 édifices) qui témoignent de la splendeur du Bruxelles Art Nouveau miraculeusement conservé dans cette ville si souvent saccagée sur le plan urbanistique.

Les Musées royaux d’Art et d’Histoire, logés dans le palais du Cinquantenaire, accueillent l’exposition phare de ce dispositif en y intégrant nombre de pièces de leurs collections peu connues du public étranger et pourtant considérables (350.000 objets). Par la séquence chronologique retenue, il s’agit de défendre, à juste titre, la créativité des artisans et créateurs belges du point de vue du « décor » depuis la fondation du pays jusqu’à l’Exposition universelle de 1958 (et au-delà puisque des objets de designers actuels sont présentés au terme du parcours). Une succession de sièges suspendus permet dès la salle introductive de l’exposition de visualiser ce panorama transhistorique depuis la chaise « Dürer » de Charles Albert (1870) jusqu’aux création de l’époque Art nouveau et Art déco et, plus loin, aux modèles des années 1940-1950 (ill.1). On postule donc pour une continuité et une logique décorative proprement belge, ce qui est peut-être toutefois un peu excessif.


2. Charle-Albert
Fauteuil Dagobert, Vers 1880-1890
Chêne
Château de Gaasbeek, Gaasbeek
©…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.