Contenu abonnés

Affichage interdit

Le désintérêt pour le patrimoine et la course à l’événementiel entraînent, depuis quelques années, une nouvelle sorte de vandalisme particulièrement insidieux : la transformation des monuments historiques en vulgaire supports d’affichage.

Les exemples sont multiples. L’organisation d’expositions de photos géantes sur les grilles du jardin du Luxembourg en est un exemple récurrent. On sait que le Sénat s’est lui-même affranchi de toutes les lois de la République pour faire ce qu’il veut en son domaine. Mais le château de Versailles est-il également sorti de la règle commune ? Celui-ci vient en effet d’annoncer fièrement que les pavillons Dufour et Gabriel qui encadrent la cour d’honneur seraient ornés (ill.) de « portraits » des trois prix Nobel français récemment couronnés... On se…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.