À propos de Venise...

1 1 commentaire

Certains lecteurs nous ont écrit pour s’étonner que La Tribune de l’Art n’ait pas écrit d’articles sur les épisodes successifs d’aqua alta qui frappent Venise et sur les dégâts qu’elles ont causés, ni sur les responsabilités des instances officielles dans cette catastrophe (notamment les centaines de millions dépensés et l’argent détourné dans le système Moïse).


2. Façade de l’église San Moisé pendant l’aqua alta d’octobre 2010
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

C’est hélas bien simple : nous n’avons pour l’instant rien de plus à dire que ce que nous pouvons constater dans la presse italienne notamment. Nous n’avons pas les moyens d’envoyer sans délais des envoyés spéciaux à Venise qui pourraient permettre de suivre la situation en direct. Et donc nous ne voyons pas l’intérêt de reprendre des informations que chacun peut trouver en surfant sur Internet, informations dont nous savons hélas qu’elles sont souvent sujet à caution.

Nous prévoyons, bien sûr, de parler des dégâts qu’ont subi ou que vont subir encore dans les jours qui viennent les monuments, mais nous le ferons après avoir eu des informations fiables à ce sujet. Nous reviendrons certainement également dans les mois à venir sur le scandale qui semble avéré du système Moïse qui était censé protéger la Sérénissime de ces inondations. Il faudrait aussi enquêter sur l’expansion du port industriel de Marghera et sur la responsabilité des grands navires de croisière parmi les dangers qui menacent Venise. Pour ne rien dire, hélas, du réchauffement climatique qui constitue un bien plus grand danger que tout ce que nous venons de citer…


1. Aqua alta à Venise en octobre 2010 sur la place San Marco
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Encore une fois, tout cela demande du temps. La seule chose que nous pouvons écrire à ce moment précis est que Venise a subi mercredi dernier une alta aqua particulièrement forte de 187 cm, inférieure néanmoins à celle de 1966 qui était montée jusqu’à 194 cm (voir cet article du Monde), et suivie de plusieurs autres. Les dégâts se monteraient à un milliard d’euros, et les monuments les plus touchés seraient la basilique San Marco (ill. 1) et l’église San Moisé (ill. 2).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.