Une exposition de faïence portugaise du XVIIe siècle


JPEG - 76.7 ko
1. Lisbonne, vers 1610-1620
Carafe
Faïence - H. 29,8 cm
Galerie Mendes
Photo : Galerie Mendes
Voir l'image dans sa page

21/12/16 - Marché de l’art - Paris - Marchand parisien, Philippe Mendes est à la fois français et portugais. Il œuvre de multiples façons pour renforcer la connaissance de l’art lusitanien dans notre pays, ayant récemment permis le don au Louvre d’un tableau de Josefa de Óbidos (voir la brève du 22/9/16).

Sa nouvelle exposition1, qui s’éloigne pour une fois des tableaux et dessins anciens et XIXe qu’il présente généralement dans ses deux galeries de la rue de Penthièvre, est consacrée au Portugal, et en montre un aspect à peu près totalement inconnu en France : les faïences du XVIIe siècle.
Cette méconnaissance n’est pas due qu’à celle, plus générale, du Portugal dans notre pays. Elle est renforcée par la rareté des œuvres conservées. Celle-ci s’explique aisément : le grand tremblement de terre de Lisbonne en 1755 a anéanti la plupart des ensembles de céramiques du siècle précédent qui se trouvaient dans la capitale et dans sa région. La réunion en si grand nombre qu’il nous propose (une soixantaine, dont seulement quelques-unes sont à vendre, les autres appartenant à des collections particulières) est donc un exploit. L’exposition est accompagnée d’un catalogue qui constituera une référence sur ce sujet.

On peut classer ces objets selon au moins deux typologies. Selon le style d’abord (ordre suivi par le catalogue), marqué à la fois par la Chine (Lisbonne était un port majeur de commerce avec l’Extrême-Orient), par la céramique islamique, mais aussi par celle provenant de Flandres ou selon le type d’objet : assiettes, plats, pots, carafes (ill. 1), coupes, vases, objets zoomorphes ou anthropomorphes telles que des verseuses en forme de sirènes ou qu’un chandelier en forme de chien ou de léopard (l’animal n’est pas entièrement reconnaissable). On trouve même de véritables petites statuettes en faïence sans autre fonction que décorative, comme un chien polychrome (ill. 2), fabrication datable vers 1620-1640. La dominante colorée est constituée de décors bleus peints sur un fond blanc, parfois rehaussé de jaune (ill. 3).


JPEG - 59.2 ko
2. Lisbonne, vers 1620-1640
Chien
Faïence - H. 23 cm
Collection particulière
Photo : Galerie Mendes
Voir l'image dans sa page
JPEG - 155.9 ko
3. Lisbonne, vers 1660-1680
Vase
Faïence - H. 40 cm
Collection particulière
Photo : Galerie Mendes
Voir l'image dans sa page

Ces faïences doivent évidemment être mises en regard avec les azulejos qui, comme en Espagne, envahissent les architectures religieuses comme civiles. Certains sont exposés, hors catalogue, tandis qu’un essai de l’ouvrage est consacré à ce sujet.

Galerie Mendes, 36 et 45 rue de Penthièvre 75008 Paris. Tél : + 33 (0)1 42 89 16 71.
Un siècle en blanc et bleu, du 24 novembre 2016 au 30 janvier 2017.

Modalités sur le site de la galerie.


Didier Rykner, mercredi 21 décembre 2016


Notes

1En collaboration avec la galerie São Roque, Lisbonne.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Decamps disparu du Louvre retrouvé à Drouot

Article suivant dans Brèves : Des dessins d’Andrea Lilio exposés à Paris

s