Nouveau scandale patrimonial sur le site de l’hôpital Laënnec


JPEG - 84.6 ko
1. Panneau d’affichage légal pour informer
de la reconstruction de la sacristie
Photo : Didier Rykner

2/1/13 - Patrimoine - Paris, ancien hôpital Laënnec - Nous écrivions, il y a près de deux ans, dans notre dernier article à propos de l’hôpital Laënnec, que les associations étaient prêtes à en découdre. Hélas, pour l’instant, rien ne vient. La chapelle de l’hôpital, dont nous avons démontré ici même qu’elle n’était jamais sortie du domaine public et donc que sa vente était nulle, est toujours incluse dans le projet puisque aucune partie ayant intérêt à agir (et évidemment pas le ministère de la Culture ou la Mairie de Paris qui ont toujours été complices dans cette affaire) n’a encore porté plainte.

Mais il y a plus grave comme nous avons pu le constater en passant à côté du site. On peut lire en effet sur un des nombreux panneaux donnant le détail des autorisations administratives que, sous la direction de Benjamin Mouton, architecte des monuments historiques, le chantier bénéficiait d’une autorisation de travaux sur monuments historiques pour la « reconstruction de la sacristie » (ill. 1). Après enquête, nous avons appris que ce bâtiment, qui se trouvait au chevet de la chapelle et qui datait du XVIIIe siècle, protégé au titre des monuments historiques, avait été en grande partie détruit « par erreur » par l’entreprise de démolition1.


JPEG - 113.6 ko
2. Plan du site diffusée sur tous
les documents commerciaux Allianz
L’aile entourée par nous d’un rectangle,
en bas à droite, sera une reconstitution
en cours de construction (îll. 3)
JPEG - 126.5 ko
3. La nouvelle « aile du XVIIe siècle » (à gauche)
en cours de construction
2 janvier 2012
Photo : Didier Rykner

Allianz Real Estate, responsable du projet sur le monument historique nous a dit « déplorer l’erreur humaine à l’origine de cela. La sacristie va être reconstruite avec les monuments historiques et en récupérant les matériaux d’origine ». Peut-être, mais on admirera la belle transparence, tant d’Allianz que de la DRAC qui se sont bien gardés de communiquer sur cette « erreur » qu’on ne découvre qu’un an plus tard, tout à fait par hasard, grâce à l’affichage obligatoire des travaux. Il faut dire que la transparence n’est pas la qualité principale d’Allianz qui ferme complètement son chantier à toute visite. Un chantier pourtant bien mal surveillé puisque même les monuments historiques n’y sont pas en sécurité.


JPEG - 160.7 ko
4. La Fontaine du Fellah dans son nouvel
environnement en cours de construction
2 janvier 2012
Photo : Didier Rykner
JPEG - 103.3 ko
5. La Fontaine du Fellah dans son environnement
avant les travaux de promotion immobilière (2010)
Photo : Didier Rykner

La sacristie sera donc un monument historique tout neuf. Ce sera aussi le cas de l’aile actuellement en cours de construction sur le flanc sud du côté est de l’ancien hôpital, qui donne sur la rue de Sèvres. Cette reconstruction - qui était prévue dans le projet, mais de manière peu claire (ill. 2) - ne sera rien d’autre qu’une fausse élévation du XVIIe siècle dont l’aspect ancien n’est pas encore très évident (ill. 3). Avec les constructions déjà prévues autour de la fontaine du Fellah (ill. 4 et 5), et en dehors de la chapelle elle-même, toutes les façades donnant sur la rue de Sèvres seront donc modernes.
Une belle promotion immobilière, sur un des plus anciens hôpitaux parisiens créé grâce à une fondation charitable. Il n’y a décidément pas de morale dans cette histoire.

English Version


Didier Rykner, mercredi 2 janvier 2013


Notes

1On constate de plus en plus de destructions de monuments historiques « par erreur ». Début décembre, un château du XVIIIe siècle était ainsi totalement rasé « par erreur » ! Nous n’en avions pas parlé car l’information était dans toute la presse et il n’y avait plus rien à faire ; il reste qu’il aurait fallu enquêter sur les causes réelles de cette « erreur »...




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Luca Penni acquis par le Louvre

Article suivant dans Brèves : L’Amour séduit l’Innocence de Prud’hon acquis par Ottawa