Le Temps des Collections, 3è édition Contenu abonnés


Rouen, Musée des Beaux-Arts, du 27 novembre 2014 au 18 mai 2015.

C’est, déjà, la troisième édition du « Temps des Collections » que propose actuellement le Musée des Beaux-Arts de Rouen (voir nos recensions). Rappelons-en le principe : il s’agit d’organiser des expositions-dossiers autour des collections permanentes et au sein du parcours normal du musée, le tout étant accompagné d’un catalogue complété par quelques essais. L’objectif est bien d’inciter les amateurs à visiter le musée, tout le musée, et de redécouvrir ainsi des œuvres dont certaines proviennent des réserves.

Nous avons déjà dit à quel point cette idée était judicieuse. Quatre des expositions proposées cette saison relèvent directement du champ de La Tribune de l’Art, et trois sont réellement intéressantes. Le tout apparaît néanmoins un peu en retrait par rapport aux deux années précédentes, sans doute pour des raisons budgétaires.


JPEG - 24.3 ko
1. Adrien Sacquespée (1629-1692)
Portrait d’homme, vers 1660
Huile sur toile - 59 x 48 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rouen
JPEG - 111 ko
2. Adrien Sacquespée (1629-1692)
Le Christ ressuscité apparaissant à saint Pierre, 1667
Huile sur toile - 205,5 x 153 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rouen

Nous parcourrons chronologiquement les expositions qui nous concernent. La première est organisée autour de l’acquisition, l’année dernière, de la Crucifixion d’Adrien Sacquespée offerte par la société des amis du musée (voir la brève du 1/4/14). C’est l’occasion pour celui-ci de faire un point sur la peinture rouennaise du XVIIe siècle, l’une des écoles régionales les plus actives à cette époque, qui avait été étudiée en profondeur il y a déjà trente ans, par l’exposition La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Pierre Corneille.
L’ambition est ici beaucoup moins étendue, mais cela permet de voir pour la première fois des œuvres d’Adrien Sacquespée provenant des réserves, nouvellement restaurées (une fois de plus grâce à la société des amis) et qui n’avaient pas été exposées en 19841. C’est le cas d’un…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Bon Boullogne 1649-1717. Un chef d’école au grand siècle

Article suivant dans Expositions : Viollet-le-Duc. Les visions d’un architecte