Municipales : le triomphe des démolisseurs Contenu abonnés


JPEG - 109.7 ko
Les immeubles de la Samaritaine en cours de démolition
(coin de la rue de la Monnaie et de la rue Baillet)
24 février 2014
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Pour les défenseurs des monuments historiques et des musées, les lendemains d’élection ne chantent pas. Tous les maires dont nous avons dénoncé sur ce site le traitement qu’ils font subir à leur patrimoine ont été réélus. Ceux de droite l’ont été souvent confortablement, et même ceux de gauche ont réussi, malgré le contexte politique, à garder leur siège, comme s’il y avait une prime au vandalisme…

Nous ne prendrons ici que deux exemples car il sont emblématiques du long combat qui reste à mener.
Le maire d’Abbeville, Nicolas Dumont, qui a détruit une église néo-gothique de très belle qualité sans aucune raison…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Paris : et si Aurélie Filippetti faisait son travail ?

Article suivant dans Éditorial : La seconde chance d’Aurélie Filippetti