Municipales : le triomphe des démolisseurs


JPEG - 109.7 ko
Les immeubles de la Samaritaine en cours de démolition
(coin de la rue de la Monnaie et de la rue Baillet)
24 février 2014
Photo : Didier Rykner

Pour les défenseurs des monuments historiques et des musées, les lendemains d’élection ne chantent pas. Tous les maires dont nous avons dénoncé sur ce site le traitement qu’ils font subir à leur patrimoine ont été réélus. Ceux de droite l’ont été souvent confortablement, et même ceux de gauche ont réussi, malgré le contexte politique, à garder leur siège, comme s’il y avait une prime au vandalisme…

Nous ne prendrons ici que deux exemples car il sont emblématiques du long combat qui reste à mener.
Le maire d’Abbeville, Nicolas Dumont, qui a détruit une église néo-gothique de très belle qualité sans aucune raison valable (il dépensera presque autant pour le réaménagement de la place où elle s’élevait qu’il aurait dû le faire pour sa restauration), n’a même pas eu besoin d’attendre le 30 mars pour savourer sa victoire : il a été réélu dès le premier tour.
L’élection la plus désastreuse, car elle concerne la capitale, est évidemment celle d’Anne Hidalgo. Pour la première fois dans son histoire, Paris a pour maire un candidat dont le programme annonce une volonté délibérée et systématique de destruction de ce qui fait la beauté de cette ville : édification de tours, dénaturation de ses principales places (elle a commencé avec la place de la République), végétalisation des toits et des façades (mais destruction du jardin des Serres d’Auteuil), abandon de certaines églises à une ruine inéluctable (car prévoir un budget de 80 millions d’euros sur six ans, soit moins que la première mandature de Delanoë, revient exactement à cela)… C’est une véritable guerre contre le Paris historique que veut mener la nouvelle élue.

Cela ne nous découragera pas. Nous faisons du journalisme engagé, pour la défense du patrimoine ; malgré les tristes nouvelles du jour, notre combat est juste et il porte parfois ses fruits. Nous poursuivrons plus que jamais dans cette voie.


Didier Rykner, lundi 31 mars 2014


P.-S.

(3/4/14) Notre article était peut-être trop pessimiste. Certains maires démolisseurs ont été tout de même battus, nous en parlerons dans un prochain article.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Paris : et si Aurélie Filippetti faisait son travail ?

Article suivant dans Éditorial : La seconde chance d’Aurélie Filippetti