Le Temps des Collections/ Trésors de l’Ombre


Rouen, Musée des Beaux-Arts.

Le Temps des Collections, du 22 novembre 2013 au 19 mai 2014.

Trésors de l’ombre. Chefs-d’œuvre du dessin français du XVIIIe siècle, du 22 novembre 2013 au 24 février 2014.

JPEG - 87.6 ko
1. Salle Duchamp
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner

Le Musée de Rouen, dont nous avions signalé l’année dernière l’excellente opération Le Temps des Collections qui consiste à mettre en valeur une partie des collections permanentes (souvent jusqu’ici conservées en réserves) dans des accrochages renouvelés et thématiques, présente sa deuxième édition 2013/2014, selon le même principe.

Une présentation consacrée à Andrée Putman récemment disparue (Muséographe et Design) sort de notre champ mais nous concerne tout de même un peu puisqu’il s’agit, en rendant hommage à l’architecte, de montrer des dessins liés aux travaux que celle-ci avait effectués sur le musée dans les années 19801. Également hors de notre domaine, une installation contemporaine de Bertrand Gadenne présente trois œuvres jouant sur le thème de la nature morte et de l’illusion d’optique. C’est à la fois fascinant et très beau, notamment la manière dont l’artiste fait apparaître une image par projection sur une ficelle tournoyante (celle-ci faisant office d’écran grâce à sa vitesse et à la persistance rétinienne). On s’avouera moins séduit par les œuvres de François Morellet. On est loin ici de sa réussite du Louvre, et son intrusion dans les salles, qui a obligé l’enlèvement temporaire de quelques tableaux de grand format du XIXe siècle, nous semble inutile.


JPEG - 25.2 ko
2. Raymond Duchamp-Villon (1876-1918)
Le Cheval majeur, 1914-1968
Plâtre - 150 x 97 x 153 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
JPEG - 57.4 ko
3. Philippe-Ernest Zacharie (1849-1915)
Le Christ expirant, avant 1895
Pastel sur papier sur toile - 207 x 140 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen

Grande réussite en revanche, et appelée à durer puisque cette présentation (ill. 1) devient une partie de l’exposition permanente, toute une salle a été consacrée à la famille Duchamp (Marcel Duchamp, Jacques Villon et Raymond Duchamp-Villon, les frères, et Suzanne Duchamp, la sœur). Le musée conserve plusieurs œuvres, dont un grand plâtre du Cheval majeur de Duchamp-Villon (ill. 2), et s’en est fait déposer d’autres, notamment des éléments de maquette et des fragments de la façade de la Maison cubiste du même.
Une salle entière est consacrée à des pastels des XIXe et XXe siècles rarement montrés et souvent méconnus. On signalera notamment quelques portraits mondains de jeune femme, par Jacques-Émile Blanche, Émile Lévy ou Giuseppe de Nittis, et un étonnant Christ expirant très mélodramatique et d’un romantisme tardif exacerbé, dû à Philippe Ernest Zacharie.
Enfin, une autre exposition-dossier est consacrée à l’illustration de Madame Bovary par le peintre Albert Fourié, auteur de La Noce à Yport, l’une d’une des œuvres les plus populaires du musée. Celui-ci a reçu en 2012 de la part de ses descendants, la famille Barjot de Manoël Saumane, un don important de 230 feuilles consacrées à l’illustration de Madame Bovary. Deux éditions illustrées par lui furent publiées l’une en 1885 par la maison Quantin, l’autre en 1907 par Tallandier. Le musée conservait déjà une peinture reprenant une composition de ce cycle : La Mort de Madame Bovary (ill. 4). Les dessins offerts vont du croquis rapidement mis en place à des feuilles très abouties (ill. 5).


JPEG - 137 ko
4. Albert Fourié (1854-1937)
La Mort de Madame Bovary, 1883
Huile sur toile - 141 x 203 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen
JPEG - 173.1 ko
5. Albert Fourié (1854-1937)
Homais chez l’aubergiste, vers 1885
Crayon noir, encre de Chine, lavis d’encre grise et
rehauts de gouache blanche - 18 x 25 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen

En même temps que ce Temps des collections, le Musée des Beaux-Arts consacre ses salles d’exposition temporaire à la présentation de son fonds de dessin français du XVIIIe siècle pour l’occasion réuni à celui de la bibliothèque. Ce dernier est en effet assez important et comporte des œuvres qui complètent souvent celles du musée.
S’il ne s’agit pas là de publier l’intégralité de ces deux fonds, un très beau catalogue a tout de même été édité qui permet d’étudier pas moins de 146 des plus belles feuilles conservées à Rouen.
Pour l’amateur, un nom vient tout de suite à l’esprit : Henri Baderou qui fut l’un des plus grands donateurs de ce musée et dont la collection est encore sous-étudiée depuis qu’elle a été offerte en décembre 1975 (les dons s’étant poursuivis jusqu’en 1985). Une interview passionnante de Pierre Rosenberg fait revivre un peu cette figure quasi-légendaire. Mais il ne fut pas le seul donateur de Rouen comme le rappelle Diederik Bakhuÿs dans son essai introductif. On rappellera seulement ici la personnalité de Jules Hédou, un érudit rouennais, qui exerçait également la profession d’avoué. Il légua à sa mort ses objets, mobiliers, sculptures, tableaux et quelques dessins très aboutis au musée tandis que la bibliothèque recevait le reste de ses feuilles. Même si l’on peut penser qu’il est dommage que l’ensemble du fonds graphique ne soit pas réuni au musée, il est heureux de voir que les deux institutions collaborent désormais étroitement.


JPEG - 141.9 ko
6. Michel-François Dandré-Bardon (1700-1778)
Allégorie de la Paix d’Aix-la-Chapelle en 1748
Sanguine, plume et encre brune,
lavis brun - 27 x 19 cm
Rouen, Bibliothèque municipale
Photo : Bibliothèque municipale de Rouen
JPEG - 80.8 ko
7. François Le Moyne (1688-1737)
Tête d’un vieil homme barbu
Pierre noire et pastel - 38,2 x 29,1 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen

Parcourons rapidement le catalogue (classé par ordre alphabétique) pour signaler les œuvres les plus marquantes ou quelques-unes de celles publiées ici pour la première fois. Parmi ces dernières, on notera une Nymphe et satyre dansant de Jacques-Philippe Caresme, une Allégorie de l’Espérance de Louis-Jacques Durameau, Agamemnon dans les rangs des Grecs de Louis-Félix de La Rue, deux scènes de bataille de Jean-Pierre Norblin de la Gourdaine et un Portrait d’homme âgé, tourné vers la droite à la sanguine de Pierre-Alexandre Wille, très proche de Greuze. Toutes ces feuilles proviennent du don Baderou !

Certains groupes sont particulièrement remarquables, comme celui des dessins de Michel-François Dandré-Bardon dont l’origine est à la fois Baderou et Hédou (pour la bibliothèque). L’artiste est ainsi représenté aussi bien par une très belle étude de détails (Étude de pieds et de mains dont l’une tient une plume) que par des esquisses d’ensemble à la sanguine et à la plume. On trouve même, parmi ces dernières, deux dessins préparatoires pour le même tableau (Allégorie sur la Paix d’Aix-la-Chapelle - ill. 6) de deux provenances différentes : l’un acheté par la bibliothèque en 1838, l’autre qui lui a été légué par Hédou en 1905.
On admirera aussi de belles têtes d’hommes barbus, par François Lemoyne (ill. 7) et par François Boucher, des Fragonard, des Natoire, et une belle sanguine de Carle Van Loo représentant le tombeau d’un pape.
Signalons aussi comme curiosité l’accrochage côte à côte d’une Tête de petite fille attribuée avec vraisemblance à Greuze, de ce qui semble être une copie ancienne de ce dessin, également à la sanguine, et enfin d’une contre-épreuve, toujours de sanguine, de cette même tête. Un exercice de style et de connoissorship.

On conclura la revue de cette très belle exposition en essayant de rattraper un peu notre retard (coupable) sur les acquisitions du Musée des Beaux-Arts de Rouen en signalant deux achats récents dont nous n’avions pas parlé :


JPEG - 151.2 ko
8. Jean-Baptiste Deshays (1729-1765)
Étude d’homme enturbanné, penché vers
la gauche, appuyé sur une marche

Pierre noire et rehauts de craie blanche - 41 x 53 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen

- une Étude d’homme enturbanné de Jean-Baptiste Deshays (ill. 8), entré au musée en 2008 de la galerie Laura Pêcheur à Paris,


JPEG - 234.3 ko
9. Jean-Pierre-Laurent Hoüel (1735-1813)
Promenade dans les ruines
Plume et encre noire, lavis gris, rehauts de gouache blanche - 25,7 x 38 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rouen

- une Promenade dans les ruines de Jean-Pierre-Laurent Houël, acquis de la galerie Terradès à Paris en 2013. Cette feuille vient compléter un ensemble déjà très riche que conserve le musée de cet artiste rouennais, parmi lesquels on compte deux magnifiques paysages à l’aquarelle et deux vues intérieures de grottes remplies de stalactites et de stalagmites.

Commissaire de l’exposition Trésors de l’ombre : Diederik Bakhuÿs.


Revue sous la direction de Sylvain Amic : Le temps des collections, n° 2, 2013, Éditions Snoeck, 192 p., 19,50 €. ISBN 9789461611307.


Sous la direction de Diederik Bakhuÿs, Trésors de l’ombre. Chefs-d’œuvre du dessin français du XVIIe siècle, 2013, Éditions Snoeck, 340 p., 39 €. ISBN : 9789461610737.
Acheter le catalogue sur La Tribune de l’Art


Informations pratiques : Musées de la Ville de Rouen, Esplanade Marcel-Duchamp
76000 Rouen. Tél. : 02 35 71 28 40. Ouvert de 10h à 18h. Tarif : 5 € (réduit : 3 €).


Didier Rykner, mercredi 5 février 2014


Notes

1Notons que la muséographie du Temps des Collections est de sa fille Olivia Putman.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Clémenceau et les artistes modernes. Manet, Monet, Rodin…

Article suivant dans Expositions : Constant Moyaux (1835-1911). Du compas au pinceau : l’architecture révélée