Constant Moyaux (1835-1911). Du compas au pinceau : l’architecture révélée Contenu abonnés


Valenciennes, Musée des Beaux-Arts, du 6 décembre 2013 au 23 mars 2014.

JPEG - 191.6 ko
1. Constant Moyaux (1835-1911)
Établissement d’eaux thermales, coupe
Grand Prix de Rome d’architecture, 1861
Plume et aquarelle - 61 x 287 cm
Paris, École nationale supérieure des beaux-arts
Photo : ENSBA

Qui connaît l’architecte de la cour des Comptes ? Qui, même, pourrait dire qu’il connaît le bâtiment, engoncé dans une rue étroite à proximité de la place de la Concorde et qui se réduit pour le passant à une grande façade ? Ce fut pourtant l’œuvre principale de Constant Moyaux, prix de Rome en 1861, qui eut une carrière administrative bien remplie même s’il ne laissa pas beaucoup de traces dans l’histoire de son art.
Destinataire d’un fonds important donné par l’artiste et quelques-uns de ses amis, essentiellement constitué d’aquarelles réalisées pendant le séjour à la Villa Médicis, le Musée des Beaux-Arts de Valenciennes lui consacre une exposition qui n’est pas une rétrospective complète même si elle s’attache à présenter l’intégralité de son parcours. Elle se base essentiellement sur ses collections, complétées de quelques prêts extérieurs, notamment de l’École nationale supérieure des beaux-arts.


JPEG - 91.2 ko
2. Constant Moyaux (1835-1911)
Vue de Rome depuis la fenêtre
de la chambre de l’artiste
, 1863
Aquarelle - 29,3 x 22,7 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN-GP/T. Le Mage
JPEG - 63 ko
3. Constant Moyaux (1835-1911)
Vue de la façade de la Villa Médicis côté jardin
depuis la fenêtre de la chambre de l’artiste

Aquarelle - 37,7 x 25,7 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN-GP/M. Urtado

Sa ville natale, Anzin, supporta l’artiste pendant toute sa scolarité à l’École des Beaux-Arts, lui accordant une pension annuelle qui lui permit de patienter jusqu’à ce qu’il obtint enfin, après plusieurs essais, le prix de Rome en 1861. Le catalogue, très riche, nous fait entrer dans les arcanes du concours pour le prix de Rome et de toutes les petites intrigues qu’il entrainait. Dès son deuxième essai, Moyaux obtint le second prix. Une réussite qui augurait du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le Temps des Collections/ Trésors de l’Ombre

Article suivant dans Expositions : Joseph Vitta. Passion de collection