Rien...


JPEG - 30.7 ko
1. Fleur Pellerin pendant la cérémonie des vœux
Photo : Ministère de la Culture et de la Communication

On a beau être habitué depuis des années à la médiocrité des ministres de la Culture qui se succèdent à un rythme assez élevé, on arrive malgré tout à être surpris par chaque nouvel arrivant. Les vœux de Fleur Pellerin à la presse, hier lundi 19 janvier, en témoignent (voir la vidéo ci-dessous). Jamais peut-être un ministre n’avait aussi peu tenu compte dans son discours du patrimoine et des musées ! Il suffit de l’écouter ou de la lire1 pour s’en convaincre. Sur les monuments historiques (un terme jamais employé !) : RIEN, sauf la énième annonce de la loi patrimoine (prévue initialement pour 2013), qui est entre temps devenue « loi Liberté2 de création, architecture et patrimoine », rien que ça, et dont il faut tout craindre lors de son passage devant le parlement. Sur les musées : RIEN.
Si, ne soyons pas injuste : Fleur Pellerin a parlé des musées, pour confirmer qu’elle allait faire ouvrir Versailles, Orsay et le Louvre 7 jour sur 7. La belle ambition ! Nous avons déjà expliqué ici pourquoi cette idée était mauvaise (voir l’article). Nous pouvons ajouter un argument supplémentaire à ceux que nous avions déjà donnés. Certaines salles du Louvre sont, aujourd’hui, faute de moyens suffisants, déjà fermées trois jours sur sept. Avec quelles ressources pourrait-il ouvrir 7 jours sur 7 ? En réalité, si cette absurdité est mise en œuvre, il est clair qu’il sera nécessaire de récupérer des moyens en gardiennage et que des salles seront fermées presque tous les jours pour laisser la grande galerie ouverte en permanence. À propos de cette galerie, on aimerait que Fleur Pellerin nous explique comment des travaux aussi banals que ceux de raccrochage des tableaux que menait aujourd’hui le musée (ill. 2 et 3)3, pourront y être menés lorsque le musée sera ouvert aussi le mardi ?


JPEG - 204.7 ko
2. Travaux d’accrochages dans la grande galerie
Photo : Musée du Louvre (partagée sur sa page
Facebook)
JPEG - 118.8 ko
3. Travaux d’accrochages dans la grande galerie
Photo : Musée du Louvre (partagée sur sa page
Facebook)

La meilleure preuve de son désintérêt complet pour ce qui devrait être le cœur de son action est la réponse affligeante qu’elle a apportée à notre question sur la loi de la transition énergétique (on peut l’écouter à 26’ 10’’). Cette affaire concerne de manière grave et urgente une grande partie des bâtiments en France (voir notre chronique en accès libre). Fleur Pellerin nous dit avoir évoqué ce sujet avec les « organisations professionnelles représentant les architectes » ! On aurait surtout aimé qu’elle en parle avec ses services des DRAC, les associations de protection du patrimoine ou tout simplement qu’elle paraisse un peu concernée par cette question qui semble lui passer complètement au dessus de la tête. Alors que le projet de loi est présenté par le gouvernement, elle explique qu’il pourra y avoir, « éventuellement », des modifications « si les parlementaires en acceptent le principe ». Éventuellement ? Non, madame la Ministre. Quand on est ministre de la Culture et que le patrimoine est à ce point menacé, on proclame très haut qu’on ne permettra pas à une telle mesure d’être votée et qu’on la combattra jusqu’au bout !



Vœux de la ministre Fleur Pellerin à la Presse... par culture-gouv


Signalons tout de même que le directeur des Patrimoines, Vincent Berjot, nous a dit après la conférence que ses services étaient mobilisés sur ce sujet et que des amendements seraient proposés (sans doute proches de ceux élaborés par les associations de protection du patrimoine). Bien. Mais sans volonté politique fortement affirmée, on peut craindre le pire. Et comment peut-on avoir une quelconque volonté sur des sujets que l’on choisit aussi délibérément de ne pas traiter ?


Didier Rykner, mardi 20 janvier 2015


Notes

1Seul le prononcé fait foi, mais ici le prononcé et l’écrit sont exactement les mêmes, à la virgule près.

2La majuscule est d’origine.

3Voir aussi cet article d’Éric Biétry-Rivierre dans Le Figaro/





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Églises parisiennes : le ministère doit imposer des travaux d’office !

Article suivant dans Éditorial : Caravage : la morale est sauve