Contenu abonnés

Une histoire toulousaine vers 1500. Les sculptures des Récollets

Toulouse, Musée des Augustins, du 26 mars au 26 juin 2011.

Dans l’exposition consacrée à l’art en France vers 1500 (voir l’article) organisée l’année dernière au Grand Palais, l’une des œuvres les plus marquantes était assurément une Pietà polychrome appartenant au Musée des Augustins de Toulouse (ill. 1). Celui-ci organise une exposition-dossier autour de ce groupe sculpté et de quelques œuvres conservées dans la région toulousaine qui peuvent lui être comparées, accompagnée d’un catalogue faisant le point sur sa restauration, son historique et son importance artistique.


1. Sud-Ouest de la France, vers 1510
La Vierge de Pitié avec saint Jean et sainte Marie-Madeleine,
ditePietà des Récollets, après restauration
Pierre calcaire polychromée - 92 x 129 x 26 cm
Toulouse, Musée des Augustins
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. . Sud-Ouest de la France, vers 1510
La Vierge de Pitié avec saint Jean et sainte Marie-Madeleine,
ditePietà des Récollets, avant restauration
Pierre calcaire polychromée - 92 x 129 x 26 cm
Toulouse, Musée des Augustins
Photo : Musée des Augustins
Voir l´image dans sa page

La comparaison avec son état avant nettoyage (ill. 2) est spectaculaire. L’ensemble était presque uniformément gris et la polychromie ne se voyait pratiquement plus. Celle-ci était pourtant en assez bon état malgré (ou grâce) aux trois couches de repeints qui la recouvraient. La restauration a permis, sinon de retrouver un état d’origine, du moins de s’en rapprocher fortement tout en gardant les marques du passage du temps, les usures et une certaine patine.
Son histoire est assez bien documentée puisque l’on connaît à la fois son commanditaire et son lieu d’origine, l’église des Récollets de Toulouse où elle est restée du début du XVIe siècle à 1834, date à laquelle elle entra au Musée des Augustins. Il est difficile en revanche d’être précis sur son auteur. Si les œuvres de cette époque conservées dans la région sont assez nombreuses, et si des noms d’artistes se retrouvent dans les archives, il est à peu…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.