Contenu abonnés

Une esquisse de Carlo Carlone acquise par Tokyo

Benjamin Couilleaux
Carlo Carlone (1686-1775)
La Glorification de saint Félix et saint Auductus
Huile sur toile - 90 x 120 cm
Tokyo, Musée National d’Art Occidental
Photo : Benjamin Couilleaux
Voir l´image dans sa page

11/4/09 – Acquisitions – Tokyo, Musée National d’Art Occidental – Ouvert en 1959 dans un bâtiment signé Le Corbusier, le Musée National d’Art Occidental de Tokyo s’est d’abord constitué à partir d‘une collection privée japonaise [1]. Il s’est, depuis, enrichi de quelques œuvres remarquables, autour de grands noms de l’art européen du XVIe au XIXe siècle : pour la peinture ancienne, rappelons l’acquisition en 1994 d’une toile de jeunesse de Véronèse, Le Mariage mystique de sainte Catherine, ou encore d’un Saint Thomas de Georges de La Tour, rattaché à la série des apôtres d’Albi, en 2003.
Le dernier tableau entré au musée tokyoïte, en 2008, est un bozzetto préparant la coupole de l’église de San Felice del Benaco, sur le lac de Garde, et représentant La Glorification de saint Félix et saint Auductus. Présente depuis quelques années sur le marché de l’art, cette esquisse peinte était passé chez Agnew’s, après avoir été mise en vente par Sotheby’s comme une Sainte Trinité avec des anges [2].

L’auteur de la composition, Carlo Innocenzo Carlone (1686-1775), fait partie de ces artistes d’Italie du Nord qui s’illustrèrent au XVIIIe siècle dans un style rococo, à la fois léger et monumental, diffusé par leurs voyages dans les pays germaniques. On pourrait d’ailleurs comparer la carrière du lombard Carlone à celles des vénitiens Piazzetta et Tiepolo : né près de Côme où il se forma, l’artiste passa sa jeunesse à Venise, puis à Rome afin de parachever son apprentissage auprès de Francesco Trevisani. Hormis quelques portraits et des tableaux de chevalet à sujet historique, Carlone a surtout réalisé d’ambitieuses compositions décoratives, profanes et religieuses, aussi bien en Italie que par-delà les Alpes. Après un séjour à Ratisbonne, il travailla à Vienne pour Eugène…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.