Un papier peint panoramique en danger

Didier Rykner 2 2 commentaires

La sauvegarde du patrimoine est un combat de tous les instants, et parfois la solution est à portée de main seulement empêchée par des questions de financement, alors que les sommes en jeu sont souvent dérisoires en comparaison de l’importance des œuvres.


1. France, vers 1815
Scènes turques, d’après le récit de voyage du comte de Choiseul-Gouffier
Papier peint - 1270 x 190 cm (environ)
Luynes, collection particulière
Photo : V. Lamorlette-Pingard, Inventaire Centre-Val-de-Loire.
Voir l´image dans sa page

C’est ainsi que l’historien du patrimoine au Centre André-Chastel (Sorbonne-Université Paris) Patrick Bordeaux vient de nous signaler une menace à brève échéance (deux mois), qu’il s’est efforcé en vain de traiter depuis un an et demi [1].
Il s’agit d’un papier peint panoramique du début du XIXe siècle (vers 1815) qu’il a découvert pendant ses recherches en Touraine, dans un édifice de la ville de Luynes. Celui-ci, en grisaille, est pour l’essentiel en bon état. Si son attribution reste à définir (peut-être la manufacture Dufour), son sujet est identifié puisqu’il s’agit de scènes turques inspirées du récit de voyage du comte de Choiseul-Gouffier publié en 1782. Si une vingtaine d’exemplaires de ce papier peint sont connus [2], celui-ci est un des plus complets puisqu’il comporte 27 lés sur les 31 d’origine. Les 20 premiers lés forment une suite répartie sur 3 murs s’étendant sur 9,50 m (ill. 1), à laquelle s’ajoutent deux autres panneaux sur le mur opposé. La longueur cumulée est de 12,70 m, tandis que la hauteur des lés varie entre 184 et 190 cm. Il est en place sans doute depuis l’origine. Comme conclut Patrick Bordeaux : ce papier peint est un superbe témoignage d’un goût du voyage exotique inspiré de l’époque des Lumières, et des techniques liées aux supports muraux réalisés à la planche et posés élément par élément tout en gardant un visuel général en continu ».


2. France, vers 1815
Scènes turques, d’après le récit de voyage du comte de Choiseul-Gouffier, détail
Papier peint - 1270 x 190 cm (environ)
Luynes, collection particulière
Photo : V. Lamorlette-Pingard, Inventaire Centre-Val-de-Loire.
Voir l´image dans sa page
3. France, vers 1815
Scènes turques, d’après le récit de voyage du comte de Choiseul-Gouffier, détail
Papier peint - 1270 x 190 cm (environ)
Luynes, collection particulière
Photo : V. Lamorlette-Pingard, Inventaire Centre-Val-de-Loire.
Voir l´image dans sa page

Or, les propriétaires ne souhaitent pas garder ce papier peint qu’ils ne peuvent restaurer et dont la conservation ne pourrait d’ailleurs pas être assurée en raison de la présence de jeunes enfants. Patrick Bordeaux a pu négocier avec eux le don à une institution qui devra néanmoins supporter le coût de la dépose faite par un professionnel (sans compter la restauration qui suivra), estimée à 12 000 €. Malgré les démarches de l’historien, aidé par Gilles Blieck, conservateur des monuments historiques en DRAC Centre-Val-de-Loire, tous les musées contactés ont décliné l’offre, d’autres se sont dits intéressés mais n’ont pas les fonds pour assurer la dépose et le transport (sans parler de la restauration qui peut néanmoins être faite plus tard). Il n’y a plus, désormais, que deux mois pour sauver cet ensemble.

On ne comprendrait pas que cette œuvre puisse être détruite faute pour une institution publique de trouver 12 000 €, une somme ridicule que l’on pourrait comparer avec des centaines de projets aberrants et infiniment plus chers. Nous nous joignons donc à Patrick Bordeaux pour lancer un appel aux responsables de musées, mais aussi au ministère de la Culture afin de trouver une solution pour sauver ce papier peint. Peut-être un mécène pourra-t-il également être sensible à cette cause. La ministre de la Culture, grâce à notre article,ne pourra pas feindre d’ignorer cette question. Il lui reste probablement peu de temps pour faire un geste, même petit, pour le patrimoine. Nous lui en donnons ici l’occasion !

Didier Rykner

Notes

[1Les informations contenues dans ce texte nous ont été fournies par lui.

[2Patrick Bordeaux nous indique que le directeur du musée de Rixheim en a recensé 2 en Allemagne, 1 en Belgique, 9 en Suède, 2 aux USA, 1 en Grande-Bretagne, et 11 en France.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.