Contenu abonnés

Un dessin de Richard Cosway pour la collection royale britannique

1. Richard Cosway (1742-1821)
Portrait de Maria Fitzherbert, vers 1789
Crayon graphite et rehauts de lavis rose et ocre - 30,1 x 22 cm
Londres, collections royales
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

6/11/20 - Acquisition - Londres, Collections royales - Deux mois plus tôt que le portrait de Honthorst (voir la brève du 3/11/20), c’est toujours chez Christie’s, décidément bon pourvoyeur des collections royales, qu’avait été acquis un précieux dessin (ill. 1) de Richard Cosway, commandé par le roi George IV (1763-1830) alors qu’il était encore Prince de Galles. Le plus fastueux de tous les monarques britanniques, qui, à l’instar de Sophie de Hanovre, parlait couramment plusieurs langues, tomba amoureux très jeune d’une roturière catholique de six ans plus âgée que lui : Maria Fitzherbert, née Smythe (1756-1837). Bien que deux fois veuve à l’âge de vingt-cinq ans, celle-ci accepta le mariage - morganatique - que lui proposa le prince à la fin de l’année 1785. Cette union, à la fois scandaleuse et secrète, ne pouvait être approuvée par le roi George III (1760-1820) : l’Acte d’établissement de 1701 interdisait le trône aux catholiques - c’est d’ailleurs ainsi que la couronne échut à la maison de Hanovre - et l’Acte des Mariages Royaux de 1772 empêchait tout mariage non approuvé par le souverain. Couvert de dettes, le Prince de Galles à qui son père avait coupé les vivres fut contraint d’épouser sa cousine la princesse Caroline de Brunswick (1768-1821) en 1795 : le mariage fut une catastrophe, les époux se séparant juste après la naissance de leur fille Caroline de Galles en 1796, et lorsqu’il devint finalement roi en 1820, George IV interdit à son épouse de porter le titre de reine et d’assister à son couronnement. Malgré ses nombreuses maîtresses, souvent des actrices comme la célèbre Mary Robinson (voir la brève du 2/11/20), le prince devenu régent du royaume quand la maladie de George III l’éloigna du trône poursuivit sa relation avec…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.