Contenu abonnés

Réouverture du Musée Carnavalet : du bon, et du beaucoup moins bon

Si le « nouveau » musée Carnavalet n’est pas la catastrophe que l’on pouvait craindre à la lecture du Projet Scientifique et Culturel, que nous décrivions dans un article qui avait eu un assez fort retentissement, si une visite rapide des lieux peut convaincre les visiteurs les moins exigeants, le résultat final, qu’il faut comparer à ce qui aurait pu être fait et à ce qui existait avant, est loin d’être pleinement satisfaisant.


1. Nouvel escalier dans l’hôtel
Le Peletier de Saint-Fargeau
© Snøhetta
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Nouvel escalier dans l’hôtel
Le Peletier de Saint-Fargeau
© Snøhetta
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Il y a néanmoins plusieurs points positifs. La restauration du monument lui-même a été menée par un des meilleurs architectes en chef des monuments historiques, François Châtillon. Le patrimoine a été bien traité, ce qui est tout de même essentiel dans une telle opération. Même les quatre nouveaux escaliers (ill. 1 et 2) construits par l’agence d’architecture sont très beaux.


3. Salon de l’hôtel Brûlart de Sillery
Musée Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Salon de musique
Musée Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les period-rooms ont été conservées (ill. 3 et 4) - sauf le Café Militaire (ill. 5 et 6) dont les panneaux sont présentés sur les murs sans contextualisation, ce qui est regrettable - et pour certaines restaurées, comme d’ailleurs beaucoup d’œuvres. Les boiseries du salon de compagnie de l’hôtel d’Uzès sont plutôt mieux présentées qu’avant, grâce à une plus grande hauteur de la pièce où elles ont été installées (ill. 7). Signalons aussi une découverte : un décor peint dissimulé par des boiseries, qu’un astucieux système permet de faire pivoter pour dévoiler ce qu’elles cachaient (ill. 8). 
L’accrochage, dans de nombreuses salles, est réellement dense (nous craignions l’inverse), même s’il est rarement heureux, et la densité des œuvres est importante, ce qui laisse penser que l’on présente le maximum d’objets possible. Ce n’est hélas qu’une impression.


5. Nouvelle présentation du
Café Militaire de Ledoux
Musée Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
6. Ancienne présentation du
Café Militaire de Ledoux
Musée Carnavalet
Photo : Clemens August von Bayern (CC BY-SA 4.0)
Voir l´image dans sa page

7. Boiseries de l’hôtel d’Uzès
Musée Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
8. Redécouverte d’un décor du XVIIIe siècle de l’hôtel Carnavalet
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Une telle rénovation aurait dû en effet aboutir à une augmentation de la surface d’exposition, et du nombre d’œuvres offertes à la curiosité du public, Carnavalet étant un musée d’une richesse insigne. Si au total la surface dédiée aux collections…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.