Contenu abonnés

Rembrandt - Caravaggio

Amsterdam, Van Gogh Museum., du 24 février au 18 juin 2006.

Les expositions comparatives sont à la mode. Après Matisse-Picasso, Ingres-Picasso, Cézanne-Pissarro actuellement au Musée d’Orsay, voici donc Rembrandt-Caravage. L’association intrigue. Caravage meurt alors que Rembrandt a quatre ans. Ce dernier n’a sans doute jamais vu un tableau du Caravage, qu’il n’a pu connaître qu’à travers ses suiveurs d’Utrecht, Baburen, Honthorst ou Ter Brugghen.

L’exposition confirme ce dont on se doutait un peu : Caravage et Rembrandt n’ont rien de commun. Certes, un observateur superficiel dira que les deux sont des luministes. Mais leur clair-obscur est d’une nature bien différente. Le second sculpte ses figures avec une lumière violente qui vient en général de l’extérieur du tableau. Le premier les enveloppe et les adoucit à partir d’une source lumineuse intérieure à la toile. On ne saurait imaginer procédés plus opposés.
Plutôt que d’une exposition, artificielle et superflue, il faudrait parler de deux. Deux rétrospectives parallèles, qui se croisent parfois par hasard, sans qu’on puisse en déduire quoi que ce soit de pertinent, mais qui ne se rejoignent réellement jamais. Il faudrait être difficile pour ne pas aimer ces deux présentations, d’autant que Jean-Michel Wilmotte, pour une fois sobre, les met en scène d’une manière discrète, sur un fond gris assez agréable : il n’y a que des chefs-d’œuvre ou presque.

1. Rembrandt (1606-1669)
Saskia en Flore, 1635
Huile sur toile - 123,5 x 97,5 cm
Londres, National Gallery
© National Gallery
Voir l´image dans sa page
2. Caravage (1571-1610)
Jeune garçon avec une corbeille de fruit, vers 1593
Huile sur toile - 70 x 67 cm
Rome, Museo e Galleria Borghese
Photo : Service de presse
Voir l´image dans sa page

L’ensemble s’ouvre sur quelques tableaux caravagesques hollandais dont la présence ne s’explique que par la volonté de trouver absolument un lien entre les deux peintres.
Puis, les tableaux sont présentés par paire : un Caravage - un Rembrandt, plus rarement en trio, selon…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.