Contenu abonnés

Quatre esquisses de Zacarías González Velázquez pour le Musée de l’Histoire de Madrid


23/12/20 - Acquisitions - Madrid, Musée de l’Histoire de Madrid - Ce sont des esquisses d’autant plus précieuses que le décor qu’elles préparent a disparu. Quatre archanges ornaient les pendentifs de la coupole de l’Oratorio de Caballero de Gracia [1] à Madrid, peints par Zacarías González Velázquez en 1792 : saint Michel qui écrase le serpent, Gabriel qui tient un lys et désigne la colombe de l’Esprit Saint, Raphaël qui a dans les mains le poisson capturé par Tobie. Le dernier devrait logiquement être Uriel, les quatre réunis incarnant habituellement les points cardinaux. Néanmoins il a davantage ici l’apparence d’un ange gardien protégeant un enfant. Uriel, dont le nom signifie « Dieu est ma lumière », apparaît dans les Évangiles apocryphes, il intervient notamment lors du massacre des Innocents pour sauver saint Jean-Baptiste et c’est pour cette raison que Léonard de Vinci le place auprès de la Vierge aux rochers. Il est en général doté d’un livre, d’une flamme dans la paume ou encore d’une épée enflammée.


1. Zacarías González Velázquez (1763-1834)
Saint Michel archange, vers 1792
Huile sur toile - 35 x 45 cm
Madrid, Museo de Historia de Madrid
Photo : José de la Mano
Voir l´image dans sa page
2. Zacarías González Velázquez (1763-1834)
Saint Gabriel archange, vers 1792
Huile sur toile - 35 x 45 cm
Madrid, Museo de Historia de Madrid
Photo : José de la Mano
Voir l´image dans sa page

3. Zacarías González Velázquez (1763-1834)
Saint Raphaël archange, vers 1792
Huile sur toile - 35 x 45 cm
Madrid, Museo de Historia de Madrid
Photo : José de la Mano
Voir l´image dans sa page
4. Zacarías González Velázquez (1763-1834)
L’Ange gardien, vers 1792
Huile sur toile - 35 x 45 cm
Madrid, Museo de Historia de Madrid
Photo : José de la Mano
Voir l´image dans sa page

Les quatre compositions peintes à la détrempe ont été abimées par l’humidité au XXe siècle et totalement détruites au cours des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.