Publicités géantes : Milan invente le Dôme-sandwich

Didier Rykner

21/10/14 - Publicités géantes - Milan - Pire que Venise ou Paris, voici Milan ! Et particulièrement le Duomo, l’un des monuments emblèmatiques de la ville, complètement cerné par les publicités géantes (ill. 1) : pas moins de trois sur son flanc, une sur un immeuble à son chevet, et deux sur la place qui lui fait face. Auxquelles se rajoutent, raffinement suprême, un immense écran vidéo (ill. 2) nous vantant les bienfaits de Samsung qui, y affiche sans aucune honte un nouveau slogan « Samsung per i tesori d’Italia » !


1. Les publicités géantes sur le flanc du Dôme de Milan
Au fond, et à gauche, d’autres publicités
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. La publicité vidéo géante pour Samsung
sur le flanc du Dôme de Milan
Au fond, une autre publicité
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Qu’on ne vienne pas nous parler, une fois de plus, du caractère temporaire de ces installations. Une cathédrale telle que celle-ci est toujours en restauration. Et si ce n’est pas elle, ce seront les bâtiments qui l’entourent.



Milan invente le Dôme-sandwich par latribunedelart


Il suffit, d’ailleurs, de se promener un peu dans Milan pour voir ces publicités géantes envahir l’espace urbain, comme à Paris. Mieux encore, la ville italienne ne se contente pas d’innover avec la vidéo. Elle invente aussi la publicité géante permanente, qui n’a même pas pour but de financer en partie une restauration !


3. La publicité géante Armani (sans travaux) au croisement
de la via dell’Orso et de la via Ponte Vetero
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Le jardinet aimablement planté (et mal entretenu) par Armani
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

5. À gauche, la publicité Armani, à droite la via del Lauro
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Celle-ci (ill. 3), qui vante les mérites d’Emporio Armani, se trouve au croisement de la via dell’Orso et de la via Ponte Vetero. Elle recouvre entièrement le mur-pignon d’un palais du XVIIIe siècle remodelé en bâtiment Art Déco dont les propriétaires reçoivent le prix de la location. Pour justifier l’injustifiable, Armani a créé un jardinet (ill. 4) qui ne ressemble à rien et le fait savoir avec un écriteau indiquant qu’ « Qui il verde è curato da Emporio Armani ». C’est écologique en diable !
On appréciera non seulement la vue sur le palais, mais aussi celle sur la jolie rue (via del Lauro) qui le longe de l’autre côté. À Milan ont travaillé Léonard de Vinci et Caravage, entre autres génies. Nous n’aimons pas employer ce terme, mais on peut tout de même parler ici d’une terrible décadence. À ce rythme, la cité italienne va bientôt devenir elle-même une ville-sandwich…

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.