Contenu abonnés

Oudinot, Murat, Bassano : tout doit disparaître !

Julien Lacaze et Didier Rykner

Les souvenirs du maréchal Oudinot, duc de Reggio (1767-1847), conservés depuis les années 1850 au château de Malicorne dans la Sarthe, seront dispersés par la société Artcurial le 13 juin 2017 (voir ici), alors que, deux jours plus tard, un très important portrait du prince Murat par Gérard sera proposé chez Sotheby’s à Paris (voir ici), muni de son certificat de sortie du territoire, tandis que, le 22 juin, deux imposants portraits en pied du duc et de la duchesse de Bassano par Robert Lefèvre et François Gérard devaient subir le même sort à l’étude Tajan.

Le mois de juin 2017 est ainsi une occasion de s’interroger à nouveau (lire déjà ici) sur le devenir du patrimoine mobilier français et sur les remèdes qui pourraient être apportés à cette situation. En effet, si l’arsenal législatif permet désormais une bonne protection du patrimoine mobilier, y compris in situ, force est de constater que les pratiques administratives n’ont pas été modifiées…
Le cabinet d’Audrey Azoulay - sans aucun résultat - ainsi que la nouvelle ministre de la Culture ont été dûment avertis de ces trois ventes et incités à agir pour la sauvegarde des œuvres évoquées dans cet article. Après avoir sollicité l’ancienne ministre au sujet de la vente Oudinot, l’association Sites & Monuments a adressé, le 1er juin 2017, un courrier demandant une protection des œuvres provenant de ces trois collections à la nouvelle ministre Françoise Nyssen.

Un château ouvert au public depuis 25 ans

Le château de Malicorne, des XIIe, XVIIIe et début du XIXe siècles (ill. 1), situé dans une commune de 1900 habitants (ill. 2), inscrit au titre des monuments historiques par arrêtés du 22 avril 1986 (voir ici et ici), était ouvert au public depuis 25 ans comme le relate un article des Nouvelles paru le 17 juillet 2014 et sous-titré « Comme chaque été, le château ouvre ses portes aux visiteurs ».


1. Château de Malicorne-sur-Sarthe
XIIe, XVIIIe et début du XIXe siècles
Photo : all-free-photos.com
Voir l´image dans sa page
2. Château de Malicorne-sur-Sarthe, dans son contexte rural,
avec son parc, au premier plan et, au second plan, son bois de
125 ha, partageant une même composition axiale, tous deux
inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 22
avril 1986
Voir l´image dans sa page

L’article précise que le château se visite du 15 juillet « jusqu’au 31 août, du mercredi au dimanche, de 10 à 12 heures et de 15 à 19 heures. Tarifs : gratuit pour les enfants jusqu’à 12 ans ; 4,50 euros pour les adultes. Ouvert sur demande au groupe à partir de 20 personnes, d’avril à septembre, pour 3,50 euros par personne. Ouvert pour les journées du patrimoine samedi 20 et dimanche 21 septembre, de 10 à 19 heures ; 2 euros. » L’ouverture au public était donc large et le tarif modique, les propriétaires indiquant même dans l’article, pour plus de commodité, leur numéro de téléphone portable (ce qui nous a permis de les interroger) !
Ceux-ci y expliquent notamment que « Caroline Oudinot, la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.