Marc Ladreit de Lacharrière reconduit au Conseil artistique des musées nationaux


JPEG - 431.3 ko
Marc Ladreit de Lacharrière
Photo : MEDEF — _FBU4154 (CC BY-SA 2.0)
Voir l'image dans sa page

15/11/17 - Musées - Nomination - Le Conseil artistique des musées nationaux a pour rôle d’approuver les acquisitions par les musées des acquisitions dont le prix dépasse un certain seuil1. Ce conseil est placé sous l’autorité d’un président qui réunit le conseil au moins six fois par an. Sa composition, de 14 membres, est définie par le décret n° 2017-1047 du 10 mai 2017. Ces membres votent à bulletin secret.

Les noms des membres pour quatre ans de cette commission ont été officialisés par un arrêté du 16 octobre 2017. On y trouve celui de Marc Ladreit de Lacharrière, « nommé au titre des personnalités mentionnées au 4° de l’article ». Si sa qualité de collectionneur le rend légitime pour cette nomination (qui est plus précisément un renouvellement), on rappellera néanmoins qu’il a été mis en examen pour abus de bien sociaux dans l’affaire de l’emploi considéré comme fictif de Pénélope Fillon à la Revue des Deux Mondes, qui lui appartient. Celui-ci est, bien entendu, présumé innocent2. Mais le contexte actuel de moralisation de la vie publique - qui va jusqu’à forcer un ministre mis en examen à démissionner - oblige néanmoins à s’interroger sur la pertinence de cette nomination, d’autant que le ministère de la Culture vient récemment de mettre en place de nouvelles procédures d’acquisition. Dans un communiqué de presse daté du 24 mars 2017, ce ministère qui explique avoir réformé la Commission artistique des musées nationaux « pour renforcer sa dimension stratégique en matière d’orientation des politiques d’enrichissement des collections publiques », précise aussi qu’« un vade-mecum à l’usage des conservateurs et des chefs d’établissement aussi bien que des commissions d’acquisition internes aux musées pose les principes régissant les procédures d’acquisition et rappelle la déontologie à respecter ».

Alors que les conservateurs sont désormais soumis à une suspicion permanente sur leurs acquisitions et que celles-ci sont contrôlées notamment sur le plan déontologique, on peut s’interroger sur les raisons qui ont présidé à la nomination de Marc Ladreit de Lacharrière3 dans une commission telle que celle-ci, quand bien d’autres personnalités indiscutables auraient pu le remplacer pour éviter toute controverse.


Didier Rykner, mercredi 15 novembre 2017


Notes

1Tableaux et peintures : 100 000 €, Dessins, aquarelles, gouaches et pastels : 50 000 €, sculptures : 100 000 €, objet d’art : 50 000 € et photographie, films et négatifs : 15 000 €.

2Nous avons, via sa société Fimalac, contacté Marc Ladreit de Lacharrière pour connaître son sentiment, mais nous n’avons pas eu de réponse.

3Nous avons interrogé la direction des Patrimoines et le service des Musées de France qui en dépend, sans réponse de leur part.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Trois préemptions à la vente Artcurial du 14 novembre

Article suivant dans Brèves : Des ouvrages sur le patrimoine d’Île-de-France téléchargeables gratuitement

Publicité Tous mécènes !
Publicité Le Serbon novembre 2017