Les expositions de dessins dans les galeries

Didier Rykner

29/3/19 - Marché de l’art - Paris - Salon du dessin, ventes aux enchères… Comme chaque année cette semaine du dessin (qui en réalité dure beaucoup plus d’une semaine) est également marquée par de nombreuses dans des galeries.


1. Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
Portrait de Guillon-Lethière, 1836
Crayon - D. 19 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page
2. Charles Lefebvre (1805-1882)
Le Jugement dernier, 1836
Lavis d’encre et gouache sur papier - 26,5 x 20 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

Certaines ont commencé tôt comme les galeries de la rue Chaptal. On peut ainsi admirer, depuis le 21 mars jusqu’au 12 avril, à La Nouvelle Athènes qui comme à chaque fois a publié un catalogue accessible en ligne, un ensemble de dessins du XIXe siècle avec parmi eux deux feuilles d’Ingres. Nous reproduirons ici le portrait de Guilllon-Lethière, une feuille remarquable et l’une des plus importantes que cette galerie ait proposé ces dernières années, ainsi qu’un superbe dessin du méconnu Charles Lefebvre, représentant le Jugement dernier, préparatoire à un tableau conservé dans la basilique Notre-Dame d’Alençon
Si un autre portrait d’Ingres fort intéressant car d’après un portrait anglais est également présenté par Nicolas Schwed, nous retiendrons de son exposition (qui court jusqu’au 5 avril) plutôt deux feuilles italiennes. Une étude de plafond par Domenico Maria Canuti, un bolonais du XVIIIe siècle, et un Couronnement de la Vierge par Giovanni Baglione. Là encore, un catalogue est édité mais il n’est pas disponible sur internet.


3. Domenico Maria Canuti (1626-1684)
L’Apothéose de Romulus
Pierre noire, plume, encre brune, lavis brun, rehauts de blanc - 24,2 x 33,7 cm
Nicolas Schwed
Photo : Nicolas Schwed
Voir l´image dans sa page
4. Giovanni Baglione (1566-1643)
Le Couronnement de la Vierge
Pierre noire, plume, encre brune, lavis brun, rehauts de blanc - 15,9 x 22,1 cm
Nicolas Schwed
Photo : Nicolas Schwed
Voir l´image dans sa page

Une nouvelle galerie s’est ouverte rue de Louvois et il faut saluer cette nouvelle manifestation de la vitalité du marché français. Le marchand qui s’installe ici est Benjamin Peronnet, grand spécialiste du dessin qui, après avoir travaillé avec Pierre Rosenberg, a passé de nombreuses années chez Christie’s, avant de voler désormais de ses propres ailes. Installé en étage, il présente (jusqu’au 30 mars, il faut donc se dépêcher), associé pour l’occasion avec Nicolas Schwed, une entière collection de dessins anciens, malheureusement cette fois sans catalogue. De cette sélection nous avons retenu un beau Portement de croix du bolonais Pietro Fancelli, né en 1764 et mort en 1850 mais qui, dans cette œuvre, se montre encore pleinement du XVIIIe siècle, non loin des Gandolfi plus vieux d’un peu plus d’une génération.


5. Pietro Fancelli (1764-1860)
Le Portement de croix
Plume, encre et lavis
Benjamin Peronnet Fine Art
Photo : Benjamin Peronnet Fine Art
Voir l´image dans sa page
6. Pascal Dagnan-Bouveret (1852-1929)
Robert Bouroult en Saint-Jean, 1925
Mine de plomb, sanguine, pastel
et craie blanche - 27,6 x 20 cm
Ambroise Duchemin
Photo : Ambroise Duchemin
Voir l´image dans sa page

Nous ne quitterons pas la rue de Louvois sans passer par la galerie d’Hubert Duchemin qui accueille l’exposition organisée par son fils Ambroise Duchemin qui prend dignement la relève (mais rassurons-nous, Hubert est toujours actif !). Nous reproduirons un dessin de Pascal Dagnan-Bouveret préparatoire à la figure de saint Jean d’une Crucifixion conservée dans l’église de Quincey en Haute-Saône. Cette toile étonnante montre le Christ en croix vu de dos, tandis que les saintes femmes éplorées et saint Jean nous font face, une composition dont nous ne connaissons pas d’autres exemples et que l’on peut voir dans le catalogue mis en ligne.


7. Domenico Piola (1628-1703)
L’Assomption de la Vierge
Plume, encre brune, lavis brun - 39,8 x 27,5 cm
Galerie Marty de Cambiaire
Photo : Galerie Marty de Cambiaire
Voir l´image dans sa page
8. Attribué à Alonso Cano (1601-1667)
La Flagellation du Christ
Plume, encre brune, lavis brun, rehauts de gouache blanche - 27,2 x 23,4 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page

Nous nous rendrons maintenant du côté de la place Vendôme où se trouve la galerie Marty de Cambiaire, et rue de la Paix où l’on peut visiter la galerie d’Alexis Bordes. Le premier, non content d’avoir un très beau stand au Salon du Dessin avec Jean-Luc Baroni, présente dans ses propres locaux jusqu’au 19 avril une exposition consacrée au dessin gènois. Si beaucoup d’œuvres sont à vendre ou déjà vendues, la sélection est complétée par des prêts de collections particulières ce qui permet ainsi d’avoir une assez bonne représentation de cette école italienne, et un catalogue (que l’on trouve aussi en ligne ici) qui mérite de figurer dans les bibliothèques des historiens de l’art italien. Nous pourrions choisir de reproduire plusieurs dessins, mais nous en retiendrons un, d’un artiste inégal, Domenico Piola, qui se montre à son meilleur dans une Assomption de la Vierge.
Chez Alexis Bordes, qui montre jusqu’au 19 avril des dessins et des peintures et dont le catalogue est en ligne (il avait déjà montré une sélection d’œuvres à la Foire de Maastricht à laquelle il participait pour la première fois), nous retiendrons une feuille espagnole attribuée à Alonso Cano. Double face, on voit d’un côté la Flagellation du Christ et de l’autre une Vierge à l’enfant en gloire.


10. Charles Natoire (1700-1777)
Diane
Pierre noire, rehauts de blanc
Graphik-Art
Photo : Graphik-Art
Voir l´image dans sa page

Nous ne serons néanmoins pas exhaustif. Si nous pouvons signaler encore les dessins proposés par Graphik-Art qui occupe, comme chaque année à la même période, la boutique située 10 rue de la Grange-Batelière - on peut y voir notamment jusqu’au 30 mars une feuille de Charles Natoire, préparatoire à un tableau se trouvant au Musée Pouchkine à Moscou - nous n’avons pas eu le temps, dans ce maelström, de visiter la Rive Gauche où les galeries de Franck Baulme (jusqu’au 27 avril) et de Fabienne Fiacre (jusqu’au 6 avril) présentent également des expositions. Nous savons néanmoins que nous aurons très rapidement l’occasion de parler d’une acquisition que vient de faire un musée auprès de la galerie Baulme.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.