Léon Frédéric (1856-1940)

Articles

  • Deux peintures offertes à Orsay

    Il choisit de peindre du beurre, une simple motte posée sur une table. Antoine Vollon avait ce génie de la simplicité - par exemple un pichet, un poêlon et quatre œufs - et ce goût pour le rendu des…

    Contenu abonnés
  • Léon Frédéric. Un autre réalisme

    Un artiste réaliste, qui peint des triptyques. Dit comme cela, la définition peut paraître étrange tant les deux notions peuvent sembler antinomiques. Mais Léon Frédéric est un peintre étrange comme le…

    Contenu abonnés
  • Léon Frederic (1856-1940)

    Doctorant contractuel à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), je prépare actuellement, sous la direction de M. Barthélémy Jobert, une thèse consacrée au peintre belge Léon Frederic (1856-1940). Cette…

  • L’Ange du bizarre. Le romantisme noir de Goya à Max Ernst

    Dissipons d’abord un malentendu tenace : l’expression « romantisme noir » n’est pas une création du critique italien Mario Praz. Celui-ci ne l’utilise ni dans le titre de son ouvrage, ni dans le cours…

    Contenu abonnés
  • Enfances du XIXe siècle

    Une histoire de l’enfance et du sentiment de l’enfance à la période contemporaine devrait certainement éviter les affirmations abruptes. On a pu considérer que l’enfant a longtemps représenté davantage…

Rubriques

Aucune rubrique