Contenu abonnés

Le succès de la mission Bern : d’une rotonde ferroviaire à une abbaye cistercienne oubliée

1 1 commentaire

C’est déjà l’acte II, mais il n’est pas ici question de gilets jaunes même si ceux-ci étaient quelques-uns à manifester, pacifiquement mais tenus à distance par les forces de l’ordre, lors du lancement de la nouvelle saison de la Mission Bern consacrée au patrimoine. L’événement, qui se concrétisera en septembre avec un nouveau loto patrimoine, se déroulait dans la rotonde ferroviaire de Montabon (ill. 1), inscrite monument historique, qui va bénéficier d’une partie de l’argent récolté lors de la première édition.


1. La rotonde ferroviaire de Montabon
Photo : Fondation du Patrimoine
Voir l´image dans sa page

On n’entend plus beaucoup les jérémiades des opposants, comme Nicolas Offenstadt qui, dans une tribune au Monde qu’il faut relire aujourd’hui avec le recul (et à laquelle nous avions répondu ici), s’interrogeait (et faisait lui-même les réponses) : « Imagine-t-on le financement de lieux tout à fait passionnants, mais qui ne brillent pas pour les touristes ? ». Eh bien oui, la plupart des lieux qui ont été aidés par la première édition du loto patrimoine sont justement dans bien des cas des endroits « qui ne brillent pas pour les touristes ». On est bien loin ici de la « politique bling-bling » que dénonçait l’historien et qui ne brille que dans sa fertile imagination…


2. La rotonde ferroviaire de Montabon
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Non seulement les critiques pleines de rancœur et de jalousie ont fusé lors de la première annonce du loto patrimoine, mais les prévisions allaient bon train : cette opération serait un échec selon certains moins forts dans la prédiction que dans le défaitisme. Ce fut tout le contraire : on attendait 15 à 20 millions, on en est à plus de 21 millions, tous les jeux de grattage (12 millions) ont été vendus malgré leur prix élevé, et le nombre de mises par rapport à un tirage ordinaire a augmenté de 30% ! Mieux encore : la polémique qui a fait rage (et fort justement) sur…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.