Contenu abonnés

Le portrait de Loÿs Delteil par Paul Mathey gagne le Petit Palais

20/4/21 - Acquisition - Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris - Pensif, le modèle semble se demander ce qui va bien pouvoir advenir de lui. Voici plus d’un an que le portrait de Loÿs Delteil par Paul Mathey attendait de retrouver la France : acquis pour 25000 $ chez Sotheby’s à New York le 31 janvier 2020, le tableau (ill. 1) vient seulement de faire son entrée au Petit Palais. Les équipes du musée l’avaient tout d’abord remarqué sur le stand du marchand américain Jack Kilgore à la Tefaf de Maastricht en 2019 mais celui-ci n’avait pu vendre la toile, proposée il est vrai à un prix conséquent, et avait donc choisi de s’en défaire par l’intermédiaire de Sotheby’s. C’est donc pour une somme plus que raisonnable que le portrait de cette personnalité capitale pour l’histoire de l’estampe moderne put ainsi rejoindre les collections municipales parisiennes. Seuls quelques portefeuilles d’estampes viennent d’ailleurs animer cette composition d’une très grande sobriété. Delteil a vécu parmi les gravures de sa jeunesse à son dernier souffle : pratiquant lui-même, essentiellement comme aquafortiste, il s’imposa comme un éminent connaisseur de cet art qu’il n’a pas manqué de collectionner assidûment tout au long de sa vie. En mai 1931, deux jours furent nécessaires pour disperser à l’hôtel Drouot les nombreuses pièces qu’il avait su réunir, où l’on retrouvait les meilleurs peintres-graveurs français du XIXe et du premier XXe siècle.


1. Paul Mathey (1844-1929)
Portrait de Loÿs Delteil
Huile sur toile - 121,6 x 75 cm
Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Fils d’un bibliothécaire, Loÿs Delteil naquit en 1869 à Belleville et fut introduit très tôt dans les milieux artistiques parisiens, où il se forma au dessin et à l’estampe lors de visites chez le marchand Paul Prouté. Il fit ses débuts comme aquafortiste au Salon en 1888 et y exposa régulièrement jusqu’en…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.