Le PLU de l’île Seguin annulé par le Tribunal Administratif

Didier Rykner
Le projet contesté pour l’île Seguin, par Jean Nouvel
© AJN
Voir l´image dans sa page

9/7/13 - Patrimoine - Boulogne-Billancourt, île Seguin - Nous n’avions pas encore parlé de l’île Seguin car ce sujet s’est toujours situé à la limite du champ couvert par La Tribune de l’Art. En effet, le projet de la Fondation Pinault, finalement annulé par le milliardaire lui-même devant la lenteur des procédures, fut une grande perte pour la France mais il s’agissait essentiellement d’art contemporain.

L’aménagement qui devait remplacer celui-ci, sous la houlette de la ville de Boulogne-Billancourt, avait pris également beaucoup de retard. S’il n’y avait pas d’éléments patrimoniaux anciens à vandaliser sur cette île, le projet de la bétonner largement et d’y élever une triple tour de 146 mètres de haut avait cependant de quoi inquiéter les opposants à ce type de construction dans Paris ou en proche banlieue. Rappelons une nouvelle fois que celles-ci ne sont ni écologiques, ni économes d’espace (l’habitat haussmannien est bien plus dense), et surtout que, se voyant de loin, elles risquent de défigurer de manière définitive de nombreuses perspectives urbaines. Paris (ou Boulogne-Billancourt) n’est ni Hong-Kong, ni Dubaï, ni même New York.
Les associations ont, fort heureusement, contesté en justice le Plan Local d’Urbanisme qui autorisait ce bétonnage de l’île. Et ils viennent de gagner une première victoire, puisque le tribunal administratif, suivant les conclusions du rapporteur public, a annulé entièrement la délibération du conseil municipal de Boulogne-Billancourt du 16 juin 2011 portant sur la révision simplifiée du PLU.

La municipalité peut désormais soit faire appel de cette décision, soit décider d’une véritable concertation qui aboutirait enfin à un projet réellement protecteur du patrimoine. Selon les associations, ce projet existe : il s’agit du PLU de 175 000 m2, sans tour, purgé de tous recours après concertation avec les riverains, et qui prévalait en 2008 avant l’élection à la mairie de Pierre-Christophe Baguet. Signalons que celui-ci, lors de la campagne électorale, avait promis de réduire la surface construite à 110 000 m2. Le projet qu’il défend désormais en prévoit 250 000...

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.