Contenu abonnés

Le Musée Hyacinthe Rigaud préempte une sculpture de Renoir et Guino

8/6/21 - Acquisitions - Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud - Les impressionnistes n’ont guère eu de succès lors de la vente Rouillac qui s’est déroulée dimanche dernier au château d’Artigny (voir la brève du 3/6/21). Le Monet n’a pas trouvé preneur, et Renoir n’a pas retenu l’attention pour son esquisse peinte d’Aline et Pierre au jardin ; sa sculpture en revanche, qui elle aussi met en scène la femme et le fils de l’artiste, a été adjugée 38 000 euros et préemptée par le Musée Hyacinthe-Rigaud de Perpignan. Elle a été réalisée en collaboration avec Richard Guino (ill. 1).


1. Pierre-Auguste Renoir (1841 - 1919)
et Richard Guino (1890 - 1973)
Maternité, modèle créé en 1916
Plâtre de fonderie, patiné - H. 54,5 cm.
Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud
Photo : Rouillac
Voir l´image dans sa page

Car on oublie que Renoir s’essaya à la sculpture : il fit quelques tentatives vers 1875, mais c’est surtout à la fin de sa vie qu’il s’attela à la tâche, poussé par Ambroise Vollard. Le peintre souffrant de rhumatismes déformants, il fallut lui trouver des mains pour sculpter. Vollard s’adressa à Maillol qui recommanda son élève, le Catalan Richard Guino.
La collaboration du jeune sculpteur avec le vieux peintre dura de 1913 à 1918. Ils créèrent ensemble des sculptures et des reliefs mythologiques comme la Venus Victrix ou Le Jugement de Pâris, des allégories également - la pendule de l’Hymne à la vie ou bien cette Laveuse et ce Forgeron qui incarnent l’Eau et le Feu - des portraits en médaillons enfin : ceux de Cézanne, Monet, Rodin, Delacroix, Ingres, Corot...
La nouvelle acquisition de Perpignan se distingue des autres, puisqu’elle ne fut pas créée pour le marchand, mais naquit d’une demande directe de Renoir à Guino. Après la mort de son épouse en 1915, le peintre voulut en effet concevoir un monument funéraire pour sa tombe près de Cagnes-sur-Mer. Le Catalan sculpta deux œuvres : cette maternité, Aline allaitant son enfant et un buste de Madame…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.