Contenu abonnés

L’art en broderie au Moyen Âge. Autour des collections du musée de Cluny

2 2 commentaires

Paris, Musée de Cluny - musée national du Moyen Âge, du 24 octobre 2019 au 20 janvier 2020.

Opus germanicus, anglicanum, florentinum, parisiensi, colonniense... Après ses « Mystérieux coffrets » à estampes (voir l’article), le Musée de Cluny met à l’honneur ses textiles brodés occidentaux, autre richesse méconnue de ses collections.
Art des plus estimés au Moyen Âge, celui de la broderie, autrement nommé «   peinture à l’aiguille   », a souffert de sa grande fragilité, peu de témoignages matériels subsistant. Soumis à de strictes normes de conservation préventive, ils sont aujourd’hui essentiellement conservés en réserves et aussi rarement que brièvement présentés (trois ans de réserves doivent succéder aux trois mois d’exposition tolérés, comme pour les arts graphiques). Notons, outre la présentation permanente hasardeuse de la splendide donation-acquisition de la collection Fruman (riche de textiles liturgiques brodés français, italiens et espagnols du XVe au XXe) au trésor du cloître de la cathédrale du Puy-en-Velay (voir l’article), quelques expositions temporaires dédiées aux broderies médiévales ces dernières années. En 2012, le musée toulousain Paul Dupuy mettait en lumière le parement d’autel des Cordeliers, son chef d’œuvre brodé du XIVe siècle, tandis que le musée Catharijneconvent d’Utrecht et le Victoria and Albert Museum révélaient les broderies médiévales néerlandaises et anglaises en 2015 et 2017. Jamais encore un vaste panel de broderies médiévales européennes profanes et religieuses n’avait été réuni comme aujourd’hui dans le majestueux frigidarium du Musée de Cluny.


1. Chaperon de chape : L’Ascension
Florence (?), vers 1420-1440
Broderies de soies polychromes, chenille de soie, filés or et argent sur toile de (lin ?)
42,5 x 47 cm
Paris, Musée de Cluny
Photo : RMN-GP/Musée de Cluny/Mathieu Rabot
Voir l´image dans sa page
2. Bande d’orfroi avec scènes de la vie du Christ
Florence, dernier tiers du XIVe - premier tiers du XVe siècle
Broderie de soies polychromes et de filés or et argent sur toile de lin et cordes
123 x 22 cm
Paris, Musée de Cluny
Photo : RMN-GP/Musée de Cluny/Mathieu Rabot
Voir l´image dans sa page

Une centaine d’œuvres est rassemblée, issue pour moitié des collections du musée de Cluny et complétée de prestigieux prêts de musées et de trésors de cathédrales et de basiliques européennes. Outre l’implication des institutions du réseau européen des musées d’art médiéval auquel appartient le musée de Cluny (le Museo Nazionale del Bargello de Florence, le Museum Schnütgen de Cologne, le Museum Catharijneconvent d’Utrecht, le Museum Mayer van den Bergh d’Anvers et le Palazzo Madama de Turin), notons la générosité toute particulière du Victoria and Albert Museum et du Musée des Tissus de Lyon. Avec quarante-cinq œuvres le musée de Cluny présente la totalité de son fonds brodé européen à l’exception d’un fragment brodé de fleurs de lys et de ses cinq dépôts au musée nantais du château des Ducs de Bretagne et au Musée des Beaux-Arts d’Angers. Si les textiles non brodés…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.