Jules Hardouin-Mansart devant Louis XIV, une peinture pour le Musée de l’Armée

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

11/4/19 - Acquisition - Paris, Musée de l’Armée - Le Musée de l’Armée, installé dans l’Hôtel des Invalides, a récemment acheté à la galerie Franck Baulme un tableau peint en 1849 par Simon Mingasson, un artiste dont on ne sait presque rien [1]. Il représente le roi Soleil recevant dans sa chambre le marquis de Louvois et Jules Hardouin-Mansart ; il regarde les plans du Dôme des Invalides que lui a apportés l’architecte.


Simon Mingasson (XIXe siècle)
Louis XIV reçoit les plans du Dôme des Invalides de Jules Hardouin-Mansart, 1849
Huile sur toile - 54 x 65 cm
Paris, Musée de l’Armée
Photo : Musée de l’Armée
Voir l´image dans sa page

La scène trahit plusieurs anachronismes : elle se déroule logiquement peu après le moment où Hardouin-Mansart s’est vu confier la construction du Dôme, c’est à dire vers 1676. Or les personnages se trouvent dans la nouvelle chambre du roi qui fut installée en 1701 à son emplacement actuel, au centre de la façade de la cour de Marbre. Le mobilier - le lit, les luminaires, la tenture - est celui qui fut commandé en 1833 par Louis-Philippe, désireux de remeubler la chambre du roi à l’occasion des travaux qu’il entreprit pour le Musée de l’Histoire de France. Le lit « néo-Louis XIV » notamment fut commandé à Jacob-Desmalter en 1833 ; il se trouve aujourd’hui dans le salon de Mercure. La balustrade en bois doré de l’alcôve fut également reconstituée, et la corniche ajoutée par l’architecte Frédéric Nepveu.
Cette peinture permet donc de documenter l’état des appartements royaux du château sous la Monarchie de Juillet ; le peintre a probablement visité les galeries historiques de Versailles qui furent inaugurées en 1837 comme nous le rappelait récemment l’exposition Louis-Philippe et Versailles (voir l’article).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.