Contenu abonnés

Gustave Doré, un peintre-né

Didier Rykner

Bourg-en-Bresse, Musée du Monastère royal de Brou, du 12 mai au 16 septembre 2012.

1. Gustave Doré (1832-1883)
Paysage de Bretagne ou d’Ecosse (?), 1875-1880
Huile sur toile - 116 x 198 cm
Bourg-en-Bresse, Musée du monastère royal de Brou
Photo : Musée du monastère royal de Brou
Voir l´image dans sa page

Nul n’est prophète en son pays. Malgré son succès comme illustrateur, Gustave Doré médita sûrement ce vieil adage. L’artiste se voulait peintre avant tout. Mais la France ne reconnut jamais son talent dans ce domaine, et il en souffrit : « il y a longtemps qu’on m’a prédit que la peinture ferait le désespoir de ma vie ». En 1954 encore, Hans Haug, conservateur du musée de Strasbourg, à l’occasion d’une rétrospective consacrée à l’artiste, écrivait que « Doré est resté un peintre raté » !
Ce n’est que dans les années 1980 que les musées français commencèrent à s’intéresser réellement à cet œuvre peint, notamment via l’acquisition de plusieurs grands tableaux.

La rétrospective qu’organise le Musée de Brou est essentiellement consacrée à cet aspect de l’œuvre de Doré. Compte tenu des contraintes évidentes de place, et de budget, on n’y verra pas les tableaux les plus monumentaux (certains font jusqu’à sept mètres dans leurs grandes dimensions). Elle rend néanmoins justice aux qualités de l’artiste dans ce domaine dont on découvre d’ailleurs à cette occasion qu’elles pouvaient se traduire aussi dans de plus petits formats.

Autodidacte, le peintre, il est vrai, n’est pas facile à classer, ce qui n’est jamais bon pour la postérité. On peut pourtant, avec le recul, en faire un romantique tardif, comme certains de ses confrères tels que François Chifflart ou Charles Meryon. Un peintre foisonnant, amoureux de Dante, de Victor Hugo ou de Byron, mais né sans doute trente ans trop tard.
Reste son œuvre qui ne peut certainement se résumer uniquement aux illustrations. Doré fut bien un peintre, assez prolixe, auteur de quelques morceaux de bravoure impressionnants, et qui eut au moins une reconnaissance réelle en Angleterre (où une galerie à son nom fut…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.