Contenu abonnés

Fastes royaux. La collection des tapisseries de Louis XIV

Paris, Galerie des Gobelins, du 20 septembre au 15 novembre 2009.

1. D’après Giovanni da Udine (1487-1564)
Le triomphe de Minerve (tenture du Triomphe des Dieux)
Paris, Mobilier National
Photo : Mobilier National
Voir l´image dans sa page

Parmi les nombreuses expositions qui viennent d’ouvrir à Paris, dont beaucoup sont de grandes qualité, nous voudrions distinguer celle organisée par le Mobilier National et qui ne dure malheureusement que deux mois.
Depuis sa réouverture, cette institution multiplie les événements qui ne rencontrent pas toujours le succès qu’ils méritent. Son (très relatif) éloignement du centre de Paris et le manque de curiosité du public pour les nouveautés peu médiatisées expliquent sans doute ce constat regrettable. On ne saurait pourtant trop recommander aux lecteurs de ce site de s’y précipiter pour admirer quelques-unes des plus belles tapisseries provenant des collections de Louis XIV.

L’exposition est jumelée avec celle qui ouvrira bientôt à Versailles consacrée au Roi Soleil. Celui-ci hérita de ses prédécesseurs environ 400 tapisseries dont beaucoup brûlèrent en 1797. Des plus anciennes subsistent cependant les Chasses de Maximilien, présentées en permanence au Louvre et trois pièces du Triomphe des Dieux dont une est montrée dans l’exposition (ill. 1). Compte tenu de la taille du bâtiment en effet, cette évocation des collections royales ne peut présenter que certaines pièces. D’autres expositions (une a déjà eu lieu pour la série dédiée à Artémise) permettront d’admirer intégralement certaines de ces tentures.
A ce fonds ancien, hélas largement disparu, s’ajoutèrent les nombreuses tapisseries commandées par les rois au cours du XVIIe siècle. En 1607, une manufacture s’implanta faubourg Saint-Marcel à Paris tandis que Louis XIV fonda les Gobelins en 1662 et Beauvais en 1664. Outre ces commandes, des achats à l’étranger ou à des collectionneurs français permirent l’entrée dans les collections d’un grand nombre d’œuvres.

2. Manufacture de Mortlake, d’après…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.