Deux portraits de Jean Ranc préemptés par le Musée Fabre


19/4/17 - Acquisitions - Montpellier, Musée Fabre - Rien n’échappe à Montpellier ! La métropole du sud est décidément exemplaire dans sa politique d’acquisition pour le Musée Fabre. Celui-ci vient en effet de préempter à nouveau une paire de tableaux à l’hôtel Drouot (vente Lombrail-Teucquam, expert cabinet Turquin), deux importants portraits de Jean Ranc, l’un des grands peintres nés dans cette ville et actif dans le premier tiers du XVIIIe siècle (ill. 1 et 2).


JPEG - 337.4 ko
1. Jean Ranc (1674-1735)
Portrait de Madame Bonnier de la Mosson
Huile sur toile - 146 x 114 cm
Préempté par le Musée Fabre de Montpellier
Photo : SVV Lombrail-Teucquam
Voir l'image dans sa page
JPEG - 287.2 ko
2. Jean Ranc (1674-1735)
Portrait de Monsieur Joseph Bonnier de la Mosson
Huile sur toile - 146 x 114 cm
Préempté par le Musée Fabre de Montpellier
Photo : SVV Lombrail-Teucquam
Voir l'image dans sa page

Ces deux toiles représentent Monsieur et Madame Bonnier de la Mosson. Fils d’un marchand drapier, Joseph Bonnier de la Mosson acheta en 1711 la charge de Trésorier des États du Languedoc, puis la baronnie de la Mosson en 1714. Ces deux tableaux dateraient de 17021.
Jean Ranc, élève de son père Antoine Ranc et de Hyacinthe Rigaud, avait épousé la nièce de ce dernier. Lorsque le roi d’Espagne demanda à Rigaud de venir à Madrid, il suggéra plutôt le nom de son neveu qui arriva à Madrid fin 17222 et y passa le reste de sa carrière jusqu’à sa mort en 1735.


JPEG - 521.8 ko
3. Atelier de Jean Ranc (1674-1735)
Portrait de Monsieur Joseph Bonnier de la Mosson, vers 1723
Huile sur toile - 146 x 116 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : SVV Lombrail-Teucquam
Voir l'image dans sa page

Les deux portraits acquis par le Musée Fabre - où a été déposé en 1914 par les Hospices de Montpellier une version d’atelier du portrait de Monsieur (ill. 3) - évoquent aussi bien l’art de Rigaud que celui de Largilliere, deux peintres auxquels ils furent d’ailleurs faussement attribués. Ils ont été adjugés 30 000 € sans les frais, un prix très raisonnable compte tenu de leur haute qualité.


Didier Rykner, mercredi 19 avril 2017


Notes

1Noe du 20/4/17 : Le catalogue de vente indiquait vers 1723. Stéphane Perreau, qui prépare le catalogue raisonné de l’artiste, nous a écrit qu’ils dataient de 1702.

2Note du 20/4/17 : La date de l’arrivée en Espagne de Ranc varie selon les auteurs. Selon Stéphane Perreau, ill y était dès l’automne 1722.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau de Gioacchino Assereto offert par les Amis du Louvre

Article suivant dans Brèves : Un tableau d’Eugen Napoleon Neureuther pour le Nationalmuseum de Stockholm