Contenu abonnés

Des Sèvres pour Fontainebleau

11/9/17 - Mécénat et acquisitions - Fontainebleau, Château, Musée Napoléon Ier - Il est encore possible de sauver l’empereur Auguste et l’impératrice Marie-Louise en participant à la souscription lancée par le château de Fontainebleau il y a un an déjà (voir la brève du 30/8/16 que nous laissons exceptionnellement en accès libre)... En effet, le Musée Napoléon Ier souhaite toujours acquérir plusieurs pièces issues de la prestigieuse collection de Richard Baron Cohen. Parmi les milliers de porcelaines du XIXe siècle que celui-ci a accumulées et qu’il veut désormais vendre, les conservateurs avaient sélectionné des porcelaines de Sèvres du Premier Empire. Ils les avaient réparties en sept lots estimés au total trois millions d’euros, et les avaient présentées à la galerie Aveline, en partenariat avec Camille Leprince. Rappelons que leur classement « d’intérêt patrimonial majeur » entraîne 66% de déduction fiscale pour un particulier et 90 % pour une entreprise.


1. Manufacture impériale de Sèvres
Vase fuseau orné du portrait en camée d’Auguste,
peint par Jean-Marie Degault, 1811-1814.
Porcelaine, bronze doré - H. 55 cm
Collection particulière
Photo : DR
Voir l´image dans sa page
2. Manufacture impériale de Sèvres
Vase fuseau orné du portrait de Marie-Louise,
peint par Abraham Constantin, 1811-1813.
Porcelaine, bronze doré - H. 56 cm
Collection particulière
Photo : DR
Voir l´image dans sa page

L’opération, qui a débuté en septembre 2016, a permis jusque là d’acheter quatre lots pour un total de 1,1 millions d’euros. L’État a participé à hauteur de 500 000 euros tandis que les mécènes ont apporté 600 000 euros. Ces acquisitions seront présentées au musée à partir du mois de février 2018. En attendant, certaines pièces attendent toujours des bienfaiteurs : un vase fuseau orné d’un portrait en camée d’Auguste (ill. 1), peint par Jean-Marie Degault (350 000 euros) mériterait d’autant plus de rejoindre les collections publiques que son pendant,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.