Charles Personnaz nommé directeur de l’Institut national du patrimoine

Didier Rykner
Charles Personnaz
Photo : D. R.
Voir l´image dans sa page

10/04/19 - Nomination - Institut national du patrimoine - Charles Personnaz vient d’être nommé à la direction de l’Institut National du Patrimoine. C’est une excellente nouvelle pour cette institution, car s’il est énarque, le nouveau directeur est aussi l’un des hauts fonctionnaires les plus cultivés et les plus concernés par les musées. Il connaît par ailleurs parfaitement le ministère de la Culture où il a travaillé de 2009 à 2012, d’abord à la direction des Musées de France, puis pendant deux ans comme directeur de la préfiguration de la Maison de l’histoire de France, un projet très contesté, principalement en raison du contexte dans lequel celui-ci avait été lancé. Auparavant, il avait travaillé entre 2004 et 2009 à la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense où il avait pu mettre à profit sa connaissance de l’histoire. Car outre sa formation à Sciences-Po et à l’ENA, Charles Personnaz est également titulaire d’un DEA d’histoire à Paris IV, et l’auteur de plusieurs ouvrages sur la Grèce et Byzance. Il est par ailleurs, sur le plan associatif, très engagé dans la défense des Chrétiens d’Orient et de leur patrimoine.

Ayant quelque peu quitté le domaine de la culture depuis 2012 (il fut successivement directeur de projet au ministère de la Défense, puis rapporteur extérieur à la Cour des Comptes), il ambitionnait de revenir dans ce domaine. Nous l’avions reçu lors d’une de nos émissions de radio (que nous reprendrons d’ici quelques mois, sous une forme plus aboutie) en compagnie d’Emmanuel Pénicaud, à propos de son livre Sauver la rue de Valois où il faisait connaître ses idées pour faire évoluer le ministère de la Culture (vous pouvez l’écouter ici).

Rappelons que l’INP, qui avait pour directeur Philippe Barbat avant la nomination de celui-ci au poste de directeurs des Patrimoines, a pour fonction de former à la fois les restaurateurs et les conservateurs du patrimoine. Les premiers bénéficient désormais à Aubervilliers de locaux superbes dont nous avions parlé dans cette brève du 12/4/15. Les conservateurs se trouvent, eux, dans les locaux de la rue Vivienne avec l’INHA.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.