Caravage et Loches. Une Apostille andalouse au débat

Pierre Curie
Espagne, premier tiers du XVIIe siècle, d’après Caravage
L’Incrédulité de saint Thomas
Huile sur toile (le tableau est accroché en hauteur,
les dimensions n’ont pas pu être prises)
Jérez de la Frontera, cathédrale San Salvador
Photo : Pierre Curie
Voir l´image dans sa page

L’affaire est entendue et le débat clos : depuis bientôt six ans, aucun spécialiste de Caravage n’a considéré ni publié les deux tableaux de Loches comme des originaux, en dépit de leur pédigrée flatteur, mais fort logiquement au vu de leur qualité.

Une visite à la cathédrale San Salvador de Jérez de la Frontera en Andalousie nous a permis d’examiner, au-dessus de la porte d’une sacristie, cette autre très intéressante copie de l’Incrédulité de saint Thomas de Potsdam, sans doute du premier tiers du XVIIe siècle, augmentée de très nombreux et truculents personnages. Son style un peu maladroit, pas très éloigné de la rudesse des toiles de Loches, nous a fait penser à un peintre andalou local (quelqu’un comme Pablo Legot ?), mais la présence si près du port de Cadix d’une copie dont le modèle se trouvait à Rome jusque vers 1815 soulève néanmoins la question du succès, précoce en Espagne, des compositions de Caravage et de l’importation de copies ou d’originaux du maître lombard.
Quoi qu’il en soit, il serait intéressant de disposer d’une étude globale sur les copies d’après Caravage, contemporaines de l’artiste ou de peu postérieures à sa mort, conservées en Italie et dans le reste de l’Europe. Car les œuvres de l’artiste n’ont quasiment pas été gravées de son temps et un recensement comparatif permettrait d’envisager (ou non) l’existence d’ateliers d’importance secondaire spécialisés dans ce genre de reproductions (Caravage n’ayant probablement pas eu, en réalité, plus de deux ou trois élèves, Manfredi peut-être, Minniti plus sûrement). Certaines compositions du maître furent assez fréquemment reprises, d’autres furent beaucoup moins diffusées, telle L’Extase de saint François d’Assise, aujourd’hui conservée au Wadsworth Atheneum de Hartford, et dont une rare copie ancienne a été repérée récemment par Pierre Rosenberg dans les réserves du Musée Bossuet de Meaux.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.