Contenu abonnés

Bruges : le Musée Gruuthuse rouvre ses portes

Le « geste architectural » est une tentation à laquelle il est difficile de résister. L’architecture a changé de statut : considérée désormais comme une œuvre d’art, elle doit sortir du lot, et non pas s’insérer dans un cadre.


1. Le Gruuthuse Museum et l’église Notre-Dame de Bruges.
Le nouveau pavillon qui abrite la billetterie.
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page

Si l’imitation de l’ancien n’est certainement pas la meilleure solution pour une construction contemporaine, la sobriété est souvent bonne conseillère. Or le nouveau pavillon qui jouxte le Musée Gruuthuse est voyant, c’est le moins que l’on puisse dire, voyant voire tape-à-l’œil (ill. 1). Son toit rappelle un peu celui des anciennes usines, ce n’était sans doute pas le but ; il est plus probablement censé faire écho à l’architecture gothique qui l’entoure, l’église Notre-Dame et le palais Gruuthuse. En fermant la grande place, il devait lui redonner sa cohérence, il en brise l’harmonie.

Le Musée Gruuthuse à Bruges vient donc de rouvrir ses portes après cinq ans de fermeture. Outre cet ajout contemporain qui abrite une billetterie pour les différents sites de Musea Brugge, le palais a été entièrement rénové et restauré jusque dans sa structure. Les façades ont été nettoyées, les toitures et les gouttières remplacées tout comme les menuiseries intérieures et extérieures. Des vers de bois avaient envahi des planchers et des poutres, notamment dans l’oratoire. Quant au belvédère, il avait déjà été en partie reconstruit plusieurs décennies auparavant ; il a pourtant fallu installer une nouvelle structure en béton couverte de plomb.

2. Maître des Portraits princiers
(actif à la la fin du XVe siècle)
Portrait de Louis de Gruuthuse, vers 1480
Huile sur panneau
Bruges, Musée Gruuthuse
Photo : Musée Gruuthuse
Voir l´image dans sa page

« Gruuthuse » signifie la « maison du gruit », le gruit étant un mélange d’herbes ajouté à la bière pour l’aromatiser et en assurer la conservation. La…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.