Contenu abonnés

Bernini et la naisssance du portrait sculpté de style baroque

Catalogue d’exposition

Auteurs : sous la direction de Andrea Bacchi, Julian Brooks et Jennifer Montagu, avec la collaboration d’Anne-Lise Desmas

Il n’est pas simple d’organiser des expositions de sculpture, la taille et le poids des œuvres rendant souvent leur déplacement compliqué, voire impossible, et parfois non souhaitable. La sculpture baroque est encore plus difficile à montrer hors de son contexte, tant elle se fond en général avec celui-ci. Il était en revanche plus aisé de se pencher sur le portrait baroque sculpté, un sujet qui n’avait d’ailleurs pas vraiment fait l’objet d’études auparavant (à l’exception d’une exposition à Sarasota et Hartford en 1985, mais qui se limitait aux bustes conservés dans les collections nord-américaines). C’est l’ambition du Getty Museum et du Musée d’Ottawa. Si nous n’avons pas vu l’exposition, il nous semblait important de parler de son excellent catalogue.

Trois essais replacent le thème dans son contexte, la figure de Bernin dominant évidemment la scène, suivi de près par l’Algarde, François Duquesnoy et Francesco Mochi. Les auteurs rendent sa place, non loin de ces trois grands sculpteurs, à Giuliano Finelli, un élève de Bernin qui n’est connu que des spécialistes, caractérisé par l’extrême raffinement de son traitement du marbre et par la manière virtuose avec laquelle il utilise le trépan. L’exposition montre le beau buste du cardinal Scipion Borghèse (ill. 1 ; cat. 5.4) qu’il exécuta peu avant celui du Bernin [1] (Rome, Galleria Borghese ; cat. 4.1), alors que le cardinal pensait que ce dernier, entièrement au service d’Urbain VIII, avait définitivement renoncé aux commandes privées de portraits. Le regard très vivant du prélat, qui ouvre la bouche comme s’il allait s’adresser à nous, renvoie à la notion de « ressemblance parlante », employée pour la première fois par Rudolf Wittkower à propos des bustes du Bernin [2], dont l’analyse tient une place importante dans le catalogue.


1. Giuliano Finelli (1601-1653)
Portrait du cardinal Scipion Borghese,
1631-1632
Marbre - H. (avec socle) : 99,1 cm
New York, Metropolitan Museum
Photo : Metropolitan Museum

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.