Contenu abonnés

Au pays des monstres. Léopold Chauveau (1870-1940)

1 1 commentaire

Paris, Musée d’Orsay, du 23 juin au 13 septembre 2020 (initialement prévue du 10 mars au 28 juin 2020).
Roubaix, La Piscine, musée d’Art et d’Industrie André Diligent, du 17 octobre 2020 au 17 janvier 2021

Pour soutenir nos combats patrimoniaux

1. Léopold Chauveau (1870-1940)
Monstre, 1905
Bois
Paris, musée d’Orsay
Photo : m*Musée d’Orsay-RMN-GP/Patrice Schmidt
Voir l´image dans sa page

Destin tragique, vocation contrariée, œuvre singulier, nécessaire, il est des artistes méconnus pourtant parés de bien des atours mythiques. Léopold Chauveau, chirurgien contraint, auteur engagé de l’entre-deux guerres, peintre et sculpteur autodidacte, proche des nabis et du cercle de la NRF, fut de son vivant édité, exposé, célébré. Demeuré à sa mort dans la plus stricte intimité des archives familiales, il fut oublié de l’histoire de l’art pendant plus de trois quarts de siècle. Quelques tentatives de réhabilitation se profilèrent ces deux dernières décennies : réédition salutaire de plusieurs de ses contes – pan incontournable de la littérature jeunesse -, expositions thématiques plus que confidentielles [1], parution d’une précieuse biographie [2]. Puis, enfin, à la faveur d’un généreux legs de son petit-fils Marc Chauveau au musée d’Orsay, est venu le temps d’une prestigieuse rétrospective. Un hommage tardif qu’une programmation malchanceuse à la veille du confinement faillit bien compromettre. Il fut heureusement décidé de le prolonger tout l’été avant qu’il ne se poursuive à Roubaix à l’automne.


2. Léopold Chauveau (1870-1940)
Marfou, 1911
Plâtre traité à l’huile de lin
et gomme-laque
12,5 x 13,5 x 17,8 cm
Paris, musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay-RMN-GP/Patrice Schmidt
Voir l´image dans sa page
3. Léopold Chauveau (1870-1940)
Grapus, vers 1912
Bronze martelé - 12 x 8,3 x 8,5 cm
Paris, musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay-RMN-GP/Patrice Schmidt
Voir l´image dans sa page

L’événement est mémorable et la redécouverte presque totale. Trois donations successives furent consenties entre 2016 et 2019 (deux pleines et entières et l’une sous réserve d’usufruit). Elles dotèrent l’institution parisienne de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.