Contenu abonnés

Appel au mécénat d’entreprise pour l’acquisition d’un Rodin

4/9/20 - Mécénat et soucritpion - « Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre, » ou de plâtre ou de bronze ; Auguste Rodin en cela prit des libertés avec le poème de Baudelaire pour traduire cette beauté qui meurtrit et inspire un amour éternel et muet comme la matière.
Il conçut une sculpture composée de deux figures, deux œuvres qu’il avait crées auparavant de manière indépendante : la Femme accroupie et l’Homme qui tombe. Il les réunit pour former une troisième sculpture intitulée Je suis belle, ou bien L’Enlèvement, L’Amour charnel, La Chatte. Le groupe fut d’abord conçu pour La Porte de l’Enfer en 1880, puis devint une œuvre autonome.
Cette manière de travailler de Rodin, qui ruminait ses créations, les tournait dans tous les sens pour les réinterpréter, les associer et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.