Contenu abonnés

Adoubés par de grands musées, plusieurs tableaux soupçonnés d’être faux

Les faux sont partout en cette année 2016. Et des musées sont concernés. Pour les meubles, Versailles principalement était sous le feu de l’actualité. Pour les tableaux, une affaire dont nous avons déjà parlé dans une brève en mars dernier, au moins trois d’entre eux sont aujourd’hui sur la sellette (sans compter le Cranach Liechtenstein). Non pour avoir acquis l’une de ces œuvres - fort heureusement - mais pour les avoir en quelque sorte reconnues authentiques, soit en les exposant, soit, pour le Louvre, en en faisant classer une trésor national. Nous même avons reproduit ces trois œuvres sur La Tribune de l’Art sous le nom de leur auteur alors présumé.


1. Accroché à la National Gallery de Londres l’année
dernière comme d’Orazio Gentileschi (1562-1639)
David méditant devant la tête de Goliath, vers 1610
Huile sur lapis-lazuli
Collection particulière
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Cartel du David méditant devant la tête de Goliath
à la National Gallery, en juillet 2015
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Nous écrivions prudemment en mars dernier que « plusieurs autres tableaux seraient en cause, des peintures flamandes et italiennes du XVIe et du XVIIe siècle notamment : certaines sont passées en ventes publiques, deux d’entre elles sont en dépôt dans des grands musées anglo-saxons ». Nous n’avons pour l’instant aucun élément de preuve que ces deux dernières soient fausses, mais les présomptions semblent de plus en plus fortes.
Un de ces deux tableaux a déjà été plusieurs fois cité par la presse : il s’agit d’un David avec la tête de Goliath (ill. 1) sur lapis lazuli, qui aurait été peint par Orazio Gentileschi. Nous l’avions vu pour la première fois dans la rétrospective Artemisia Gentileschi, et reproduit dans notre article sur cette exposition. Et nous l’avons revu en juillet dernier, sur les cimaises de la National Gallery de Londres à qui il avait été prêté (ill. 2), avant que cette histoire ne sorte au grand…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.