Versailles, de 2008 à 2009


Un an après une première conférence de presse où Jean-Jacques Aillagon expliquait les principales orientations qu’il souhaitait donner au domaine de Versailles (voir l’article), le président de l’Etablissement public réunissait une nouvelle fois les journalistes pour faire le point sur les actions réalisées et celles qui se profilent pour 2009.

Nous avons régulièrement traité de l’actualité versaillaise tout au long de l’année dernière. On ne reviendra donc pas ici sur l’ouverture du site consacré au musée de l’Histoire de France (brève du 12/12/08), ni sur l’exposition Jeff Koons (voir l’article), ni sur les acquisitions de dessins d’architecture (voir brève du 5/7/08), de la Console dite du Dauphin (brève du 10/9/08), d’un tapis de la Savonnerie (brève du 22/10/08) ou du Portrait équestre de Philippe d’Orléans par Mignard (brève du 14/6/08). Nous consacrerons en revanche un prochain article aux quelques enrichissements qui nous ont échappé, dont un album de photos de Disdéri et un groupe en terre cuite de Thomas Regnaudin. Tous ces objets seront réunis très prochainement dans une exposition (du 31 janvier au 3 avril 2009).
Le Musée de l’Histoire de France, dont la réhabilitation avait été annoncée l’année dernière, bénéficie désormais d’un projet décrit succinctement dans le dossier de presse, et qui semble heureusement bien distinct de celui aux contours encore un peu flou décidé par le Président de la République (voir article). On trouvera sur ces plans la répartition des collections telle qu’elle est prévue. Les salles historiques seront conservées en l’état et beaucoup d’œuvres devraient être sorties des réserves. Il est prévu que l’intégralité des espaces soit accessible aux visiteurs, soit en accès libre, soit en visites accompagnées. Il faut souhaiter que le nombre de gardiens puisse augmenter suffisamment pour permettre d’ouvrir largement les salles en visite libre, ce qui semble loin d’être acquis. L’absence de personnel de surveillance est une des causes, depuis longtemps, de la fermeture de ces espaces.

Il est dommage que la question des statues du parc, à l’exception des Bains d’Apollon (voir l’article), n’ait pas été davantage mise en avant. Une action tout à fait nécessaire de remplacement des originaux par des moulages d’excellente qualité est en cours mais à un rythme qui nous semble trop lent. Jean-Jacques Aillagon, répondant à une de nos questions, a confirmé qu’à terme il rêvait de créer une galerie des sculptures provenant des jardins qui serait installée dans l’aile du Midi et aboutirait à la petite Orangerie. Souhaitons que ce projet ne reste pas à l’état de rêve mais trouve rapidement son financement et sa concrétisation.

Quant au Bassin de Latone, sa restauration n’est pas à l’ordre du jour, faute de budget. Ce dossier commence à devenir urgent. Il est réellement anormal que des restaurations d’œuvres aussi importantes soient uniquement soumises au bon vouloir d’hypothétiques mécènes. Rappelons que le château de Versailles appartient à l’Etat qui doit, comme tout propriétaire de monuments historiques, s’assurer de son entretien. Puisqu’il est impossible que des travaux d’office soient demandés par l’Etat à l’Etat, suggérons à la ministre de la Culture de distraire quelques millions d’euros à la nouvelle manne dont elle va bénéficier pour, enfin, permettre le sauvetage de cet ensemble insigne.
Notons toutefois que, dans le cadre du schéma directeur, l’Etat prend en charge les travaux de mises aux normes du château (électricité, chauffage,..), indispensables pour assurer sa sécurité, avec un budget très important de 41 millions d’euros.

La statue de Louis XIV, qui n’aurait jamais dû quitter son emplacement au centre de la Cour Royale, va revenir d’ici quelques semaines, après restauration. Elle sera installée dans le tiers inférieur de l’axe central de la place d’Armes, face au château. Certainement la moins mauvaise des solutions, parmi toutes les mauvaises solutions possibles.
On remarquera que Jean-Jacques Aillagon, s’il a parlé de la restauration des toitures du corps central (qui doit encore se poursuivre sur les ailes latérales), n’a pas dit un mot de la dorure qui les « orne » désormais. S’il est certain que les plombs furent dorés à un moment de leur histoire, il est peu probable qu’ils l’aient été de manière aussi vive, qui jure terriblement avec le reste des façades, particulièrement avec l’aile Gabriel et le Pavillon Dufour, plus tardifs. La discrétion du château sur ces dorures semble témoigner d’un certain embarras. Remarquons que le mécène est, comme pour la « Grille Royale », Monnoyeur, qui semble décidément aimer tout ce qui brille.

Jean-Jacques Aillagon a souhaité mettre en place un « comité jardin » dont l’objectif est de donner son avis sur les restaurations à venir, notamment celles des bosquets de la partie sud du jardin du roi et quelques bosquets de la partie nord. Il m’a été demandé de faire partie de cette commission, ce que j’ai accepté sans hésitation1. On ne peut en effet protester contre l’absence de concertation et refuser de pouvoir infléchir ce que l’on dénonce. Bien évidemment, et il ne peut y avoir aucune ambiguïté, cette nomination n’aura aucune incidence sur les articles consacrés à Versailles. La Tribune de l’Art continuera à critiquer ce qui semble devoir l’être.
Je défendrai dans ce comité ce que je préconise en permanence : des restaurations modestes et respectueuses des différentes strates du passé. Il devra orienter effectivement les décisions et ne pas être un simple alibi. Si tel n’était pas le cas, j’en tirerais évidemment toutes les conséquences.

2009 devrait voir, comme l’année précédente, de nombreux événements se succéder. Nous avons déjà parlé du retour de la statue de Louis XIV, citons également, en février, la fin de la restauration du Cabinet de la Garde-Robe de Louis XVI et, de février à novembre, la restauration du plafond de l’antichambre du Grand Couvert de la Reine.
Deux trésors nationaux que nous avons déjà évoqués vont faire leur entrée dans les collections : même si toutes les procédures administratives ne sont pas terminées, leur acquisition est en réalité effective. Il s’agit du tapis de la Savonnerie exécuté pour la Chapelle royale du Château (brève du 14/8/08) et de trois chaises du salon de compagnie de la comtesse du Barry, de Louis Delanois (brève du 5/12/08). Plusieurs expositions sont également prévues. Jeff Koons sera remplacé par Xavier Veilhan. Si celui-ci est un très bon artiste, on peut décidément se demander si Versailles est bien le lieu pour exposer de l’art contemporain2 . Cette rétrospective n’aura cette fois pas lieu dans les appartements, mais à l’extérieur, espérons-le de manière discrète.
Deux grandes expositions plus classiques sont annoncées. Au printemps : Fastes de Cour et cérémonies royales – le Costume de Cour en Europe 1650-1800 ; à l’automne : Louis XIV : l’homme et le Roi consacrée à l’image publique et au goût personnel de Louis XIV, sujet qui en tant que tel n’avait curieusement jamais été traité.
Notons enfin que le 21 septembre 2009, l’Opéra Royal sera rouvert et accueillera à nouveau des spectacles.


Didier Rykner, vendredi 23 janvier 2009


Notes

1Le comité jardin, outre moi-même, sera composé de : Jean-Jacques Aillagon, président, Pierre Arizzoli-Clementel, directeur général, Daniel Sancho, directeur du patrimoine et des jardins, Véronique Ciampini, conduite des travaux, Joël Cottin, jardinier en chef, Gérard Mabille, conservateur en chef, Alexandre Maral, conservateur chargé des sculptures, Jean-Pierre Bady, président de la commission de recollements des dépôts d’œuvres d’art, Michel Baridon, professeur émérite de l’Université de Bourgogne, Vincent Droguet, conservateur en chef-Musée de Fontainebleau, Emmanuel Ducamp, historien de l’art, Pierre-André Lablaude, architecte en chef des monuments historiques, Monique Mosser, historienne de l’architecture.

2Il ne semble plus être question de faire intervenir Daniel Buren sur l’escalier Gabriel, comme l’idée en avait été avancée l’année dernière.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Un important rectificatif sur l’Hôtel Lambert

Article suivant dans Patrimoine : Les promoteurs en ont rêvé, le gouvernement va le faire !