Nombreuses préemptions à la vente de dessins d’architecture de la collection Lefuel Contenu abonnés


5/7/08 – Acquisitions – Musées français – Le 26 juin à l’Hôtel Drouot, Millon & Associés vendaient une exceptionnelle collection de dessins d’architecture, accompagnée d’un luxueux catalogue. Cet ensemble appartenait à l’expert Olivier Lefuel, décédé en 2004 (et descendant d’Hector Lefuel, l’architecte de Napoléon III). Les musées français ont été extrêmement actifs, préemptant (ou achetant directement) un total de 20 dessins pour un montant global de 491 907 € (frais inclus).

Versailles

Le château de Versailles s’est porté acquéreur de presque tous les dessins qui le concernaient. Le premier (ill. 1) est une vue du Trianon de Marbre de Jules Hardouin-Mansart due à un certain Cayeux qui pourrait être le sculpteur du nom de Philippe Cayeux (1688-1769).

JPEG - 11.1 ko
1. Cayeux (fin du XVIIe - début du XVIIIe siècle)
Elévation du château royal du Trianon, la colonnade vue du Jardin
Aquarelle, plume et encre noire, lavis gris et brun - 38 x 190 cm
Versailles, Musée national du Château de Versailles
Photo : Millon & Associés
Voir l'image dans sa page


Plusieurs projets sont en rapport avec le concours pour la reconstruction du château, lancé en 1780 par Louis XVI. Celle-ci ne put être réalisée, d’abord pour des questions financières, puis en raison de la Révolution. L’un (ill. 2) est dû à Pierre-Adrien Pâris et à Louis-Jacques Durameau, auteur des petites figures qui animent le dessin. Comme pour tous ces projets, quel qu’en soit l’architecte, la Cour de Marbre, c’est à dire ce qui restait du petit château de Louis XIII, disparaît. Le programme préconisait en effet de donner une unité de façade.

JPEG - 21.8 ko
2. Pierre-Adrien Pâris (1745-1819) et
Louis-Jacques Durameau (1733-1796)
Projet de reconstruction pour Versailles présenté au Roi Louis XVI, vers 1781
Aquarelle, plume et encre noire, rehauts de gouache blanche - 23,5 x 60 cm
Versailles, Musée national du Château de Versailles
Photo : Millon & Associés
Voir l'image dans sa page


Le deuxième projet préempté (ill. 3), dû à Marie-Joseph Peyre, est profondément original, puisque qu’il combine le néoclassicisme des façades à une disposition baroque. Deux ailes concaves sont terminées par une colonnade en partie reprise de celle de Saint-Pierre de Rome par le Bernin (mais sans les sculptures qui surplombent cette dernière).

JPEG - 26.2 ko
3. Marie-Joseph Peyre (1730-1785)
Versailles entouré d’une colonnade à la façon de Saint-Pierre de Rome
Aquarelle, plume et encre noire - 40 x 90 cm
Versailles, Musée national du Château de Versailles
Photo : Millon & Associés
Voir l'image dans sa page


Les participants au concours étaient Pâris, Marie-Joseph Peyre, mais aussi Etienne-Louis Boullée, Nicolas-Marie Potain, Damandun et Antoine-François Peyre, dit le jeune, le frère du précédent. Jean-François Heurtier, inspecteur des bâtiments royaux à Versailles, laissa également des projets pour cette reconstruction, dont trois étaient présentés à la vente et ont tous été acquis par Versailles (ill. 4 à 6). Deux d’entre eux laissent voir la grille…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Petit Palais retrouve ses guirlandes

Article suivant dans Brèves : Persée et la Gorgone de Camille Claudel acquis par le musée de Nogent-sur-Seine