Une version du Paradis Perdu de Cabanel acquise par Orsay Contenu abonnés


13/3/17 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - « Ce tableau est heureusement une commande du roi de Bavière qui en délivrera la France en l’emportant dans ses États. J’avais une crainte horrible : c’était de rencontrer un jour cette toile dans un de nos musées. » Ainsi s’exprimait Émile Zola à propos du tableau de Cabanel, Le Paradis Perdu, commande de Maximilien II de Bavière présentée à l’Exposition Universelle de 1867, prouvant une nouvelle fois que les grands écrivains sont rarement des critiques d’art avisés.


JPEG - 289.7 ko
Alexandre Cabanel (1823-1889)
Le Paradis Perdu
Huile sur toile - 122,5 x 93,3 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Gallery 19C
Voir l'image dans sa page

La rétrospective consacrée à l’artiste organisée par le Musée Fabre de Montpellier (voir l’article) consacrait une section à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Simon Vouet redécouvert dans une église d’Île-de-France

Article suivant dans Brèves : Sept cartons de Victor Orsel récemment entrés au Petit Palais