Greuze et l’affaire du Septime Sévère Contenu abonnés


Auteur : Annick Lemoine, Mickael Szanto, Udolopho van de Sandt, Marie-Anne Dupuy-Vachey

jpg-couverture_greuze-jpgLe Musée de Tournus a récemment acquis sur le marché parisien une esquisse de Jean-Baptiste Greuze pour son morceau de réception à l’Académie, daté de 1769, Septime-Sévère reprochant à Caracalla d’avoir cherché à le tuer (ill. 1 ; voir brève du 17/12/04). A cette occasion, une exposition autour de cette œuvre est organisée par le musée bourguignon. Nous ne l’avons pas vue, et cet article est donc seulement consacré à son excellent catalogue. Œuvre clé dans la production de Greuze, ce tableau se prête remarquablement à l’exercice de l’exposition-dossier. L’histoire complexe de sa genèse et de sa réception, les avis contraires et parfois très tranchés qu’il a suscités depuis sa présentation devant l’Académie et au Salon de 1769 ainsi que son importance dans la naissance du néoclassicisme en font un objet d’étude particulièrement intéressant.

JPEG - 9.8 ko
1. Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)
Septime Sévère et Caracalla, 1767
Huile sur toile - 64 x 77 cm
Tournus, musée Greuze
Voir l'image dans sa page

Le catalogue est de ce point de vue très complet et aborde tous les aspects de la question. Il offre également plusieurs nouveautés, dont l’apparition d’une nouvelle étude peinte pour la tête de Caracalla au musée de Gotha en Allemagne (ill. 2)1 et la découverte par Udolpho van de Sandt de la vraie date de réception de Greuze à l’Académie, le mercredi 23 août 1769, soit un mois plus tard que ce qui était communément admis, et juste deux jours avant l’ouverture du Salon, en raison d’une erreur de retranscription des procès-verbaux. Ceci permet de répondre à certaines questions jusqu’ici irrésolues (par exemple pourquoi dans le livret du Salon Greuze apparaît comme seulement agréé) mais en soulève de nouvelles (pourquoi n’a-t-il pas été reçu à une séance précédant le Salon ?). La publication en annexe de l’intégralité des critiques de l’époque sera une référence utile pour les historiens d’art.

JPEG - 37.6 ko
2. Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)
Etude pour la tête de Caracalla
Huile sur toile -…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Dessins toscans XVIe-XVIIIe siècles tome II 1620-1800 - Louvre, Ludovico, Agostino, Annibale Carracci

Article suivant dans Publications : Peintures et dessins d’une collection cantalienne. Pierre Miquel ou l’éloge du XIXe siècle